humani nil a me alienum puto

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 24 juin 2019

894ème semaine

300€ l’AR en ambulance de nuit pour 3km — la nuit où ma main a triplé de taille, parce que les internes ne font plus de suivi entre les rdv, qu’il n’y a pas de communication et que SOS médecin se mouille autant que le SAMU, à savoir pas du tout (le diagnostic était pourtant simple à faire et a pris 5 minutes après une bonne heure d’attente précaire aux urgences). 1300€ les 24h d’hôpital. 45,01€/jour de compensation salariale — une perte de 45% de salaire, et des règles de carence imbitables. Aucune prise en charge de la dépendance, même pas du transport — parce qu’il me reste les jambes, la belle affaire ! Bref, c’est très médiocre pour cher : la France, en somme ! Heureusement, j’avais pris une assurance privée, par le plus grand des hasards, via un démarchage d’American Express, chez Chubb (pas des Français…). Un truc indolore à 5 balles par mois. Bim, 2575€ de dédommagements. Ouf.

Outre que j’ai donc découvert que j’étais meilleurs grâce à mon entraînement sur Theme Hospital pour la gestion d’hôpital et de santé, et que tout compte fait la Secu pourrait bien être privatisée que ce ne serait pas plus mal, finalement, j’ai aussi pu ces derniers temps mettre au point des techniques de survie sous camisole/momification, que j’aurais bien aimé avoir plus tôt. Billet à suivre !

mardi 18 juin 2019

893ème semaine

Les jours passent, la douleur s’estompe mais on partait de tellement loin… Moins de médoc, 2 semaines sans radio cette fois. Toujours est-il que l’humérus, mieux vaut le garder en un seul morceau. Mauvaise idée de se le péter. La momification montre des faiblesses, chaque semaine il faut rajouter une à deux couches d’adhésifs qui n’arrangent pas la température corporelle, surtout que le climat connaît quelques pointes. Mais ça pourrait être pire. Ce qui n’est pas si rassurant, surtout quand on voit à quoi ça tient. Comment est-on censé faire, d’ailleurs, lorsqu’on a aucune assistance, même partielle ? C’est totalement dingue, dans un pays censé être développé, et avec les niveaux ahurissants de cotisations diverses et de bureaucratie attachée…

dimanche 9 juin 2019

892ème semaine

C'est mieux ! Os dans l'axe, main dégonflée qui n'est plus violette, possibilité de taper sur l'ordi (péniblement : une seule main et l'autre au milieu !), mais toujours en semi camisole de force, des douleurs, des nuits très courtes, le chemin est encore long. Méfiez-vous des rues défoncées et des trottoirs ! Et assurez-vous dans le privé :  la sécu publique, c'est comme les hôpitaux publics, assez médiocre, mal organisé, prise en charge à moitié. J'en aurais appris des choses, sur notre système de santé, au passage ! Là aussi, y'a du boulot...

lundi 3 juin 2019

891ème semaine

Bras encore en trop mauvais état pour en raconter toutes ses mésaventures. Mais ça s’améliore !

mardi 28 mai 2019

890ème semaine

Crac. Bras cassé. Première fois que je brise mes os. D’où le retard inédit dans les publications de ce blog, qui après les 48 heures d’hospitalisation va souffrir des deux mois d’immobilisation, surtout les deux premières semaines. Annulations à tout va. Quelle plaie ! Je raconterai tout cela quand il me sera possible de taper plus vite, sans douleurs.

dimanche 26 mai 2019

889ème semaine

Petit séjour à Strasbourg, pour tenir le premier stand (forcément un peu précaire) de ma startup lors d’un salon pro (plutôt un colloque, d’ailleurs). Une ville fort agréable où il est toujours aussi plaisant de retourner. Mention spéciale pour la communication de l’opéra et ses citations hors contexte de ses employés (« c’est moi qui décide quand le Christ monte au ciel », « on a dû couper le cheval en deux pour qu’il puisse prendre l’ascenseur », et j’en passe !). Ça ferait une bien bonne alternative à Paris…

lundi 13 mai 2019

888ème semaine

Encore une semaine passée à développer et développer et encore développer. Passage exprès à Londres pour une journée AWS : proportions gigantesques, 4 fois plus de superficie de conférences et d’exposant, un peuple de dingue, on se demande bien comment un tel différentiel est possible entre la France et l’Angleterre…

lundi 29 avril 2019

886ème semaine

La semaine pascale annonce les vacances, mais pas pour moi… Les projets sont moins nombreux mais plus intenses. Il y a du rush partout. Une première fin blindée d’obligations fixées, suivi tout à coup d’une seconde semaine étrangement vidée — rien en soirée, rien en journée si ce n’est quelques calls. Changements de rythmes, pas si facile…

mardi 23 avril 2019

885ème semaine

En sortant du ciné, lundi soir, pour une séance choisie en fonction de la maximisation de l’exposition au Soleil, on aperçut au loin de la fumée blanche. À quel hasard cela tient-il. D’où cela pouvait-il venir ? Hésitation. Allons voir, en trouvant un meilleur angle de vue. On se tâte, serait-ce ?… Confirmation via twitter : c’est Notre-Dame, qu’on voit brûler, et pas qu’un peu. Il est autour de 19h15. En fonction du vent, le nuage se dissipe encore plus de côté et laisse voir de sacrées flammes rouges. Les badauds s’agglomèrent sur le trottoir de l’avenue de France, où l’on voit le dessus de l’édifice à quelques kilomètres, dont la flèche, qui se consume, et finit par tomber. On la voit très bien. Stupeur.

Et colère. Cela fait des années que l’entretien est lamentable, et que l’on fait des travaux trop tard, dans mauvaises conditions, qui régulièrement donnent des incendies ravageurs. Comme c’est espacé de quelques années, seuls ceux qui ont de la mémoire — ou qui s’intéressent d’assez près au quotidien de l’art et du patrimoine — font le lien. C’est honteux. Dans un pays qui a un taux délirant de prélèvement et de dépense publique, avec un ministère de la culture obèse, avec un tourisme extrêmement massif qui vient parce qu’il y a justement ce patrimoine, c’est digne de la gestion des pires pays bananiers rongés par la corruption. Scandaleux. J’en avais rapidement eu l’intuition, et les révélations s’accumulent depuis. Et pourtant, une fois encore, cela risque de passer sans que rien ne change. Parce que se rendre compte de l’indigence généralisée serait trop douloureux. Alors on va rafistoler avec (pour une fois) les larges moyens du bord, on va guérir en je ne sais combien d’années et peut-être fort mal là où l’on avait largement la possibilité de prévenir (ne serait-ce qu’un véritable système interne et externe de protection incendie d’un monument aussi sensible, et pas une vague alarme manifestement pas si bien ficelée malgré son prix et deux gus apparemment pas bien réveillés, serait-ce trop demander ?).

Quelle misère. L’humanité est capable à présent de détecter et « photographier » précisément un trou noir, et se retrouve incapable d’arrêter le feu sur une charpente quasi-millénaire. Certains y verront un rappel à l’humilité. J’y vois surtout un oubli des fondements, des strates historiques, qui font ce que nous sommes. L’imprévisible est une fatalité. En l’occurrence, c’est simplement le signe de la décadence larvée de riches de notre temps.

vendredi 12 avril 2019

884ème semaine

Abidjan-Angoulême-Limoges. Ah, via Paris. Plus ou moins. Petite pause, à présent.

- page 1 de 108