humani nil a me alienum puto

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 8 août 2017

797ème semaine

La guerre est le lieu où se joue la vie et la mort, on ne saurait le traiter à la légère, comme dirait Sun Tzu. Pourtant, de légèreté, le grand Christopher Nolan, qui a prouvé par sa cinématographie être certainement le réalisateur-scénariste le plus intellectuel qui soit, s’en fait clairement taxer pour avoir omis de montrer dans son dernier film « Dunkirk » les bataillons coloniaux, Indiens en tout premier lieu — du « white-washing ». Certes, on aura remarqué quand même qu’à vue de nez il n’y avait pas 500.000 personnes représentés, et comme le faisait remarquer un commentaire sous l’article, on n’y voit pas non plus les 49 destroyers impliqués, mais à peine un seul (ou deux). On est même allé jusqu’à chercher du côté du Brexit, à plusieurs reprises. Ouais.

Ces interprétations biaisées et fort sentimentales, pas bien analytiques et encore moins rationnelles, m’ont fortement rappelé les reproches faits à Swan Lake, sur le fait que la vie des danseurs, ce n’était pas ça. « Dunkirk » n’est pas plus un documentaire sur la guerre, même s’il s’inspire d’un fait historique. C’est une expérience d’immersion, un first person shooter où l’on se fait le plus souvent shooter. Le personnage principal essaie tout le long du film de chier tranquillement — et n’y arrive pas. C’est l’histoire de jeunes gens à peine pubères qui se retrouvent embarqués comme chair à canon et qui veulent surtout sauver leur peau — d’où la peur et l’incompréhension quand il rentrent chez eux. Alors peut-être que finalement, le plus gros défaut du film de Nolan, c’est justement son réalisme, qui fait qu’on lui reproche ce qu’on ne reprochait pas à d’autres films de guerre (je voyais peu après sur TCM Cinéma Le Pont de Remagen, qui retrace les deux côtés américain et allemand, auquel on n’a pas fait ce genre de critique, par exemple). Les partis pris sont en plus assez évident dans un film qui ne montre pas un visage allemand, où l’on ne personnalise point trop, où l’on meurt toujours en un seul morceau et où dans une scène de groupe au fond de la cale d’un petit bateau, on finit de tuer toute illusion d’héroïsme (et il ne valait mieux pas qu’il y ait un Indien dans le groupe, si l’on ne voulait pas recevoir des accusations de racisme…).

Bref, oublierait-on qu’un film est un film, parmi notre intelligence collective éduquée ? Petite astuce : dans un film, par exemple, il y a de la musique de film — particulièrement oppressante chez Nolan —, alors que dans la vraie vie, non. Avec les contresens extraordinaires réalisés sur The Circle, sur la même période estivale, on se pose de grosses questions sur les capacités de compréhension. C’est quelque chose que de faire des critiques, mais encore faut-il que ce soit un minimum légitime. Faire dire quelque chose qui n’est pas dit, puis trouver que ce quelque chose est absurde, voilà une méthode pour le moins curieuse, pour ne pas la qualifier de bien pire en terme de malhonnêteté intellectuelle… Heureusement, les commentaires du Guardian sont autrement plus intelligents (une constante différence, d’ailleurs, entre les journaux en ligne français et leurs homologues britaniques, ai-je remarqué).

lundi 31 juillet 2017

796ème semaine

Rush, EMBA, rush, un peu d’amis, rush, un peu de famille, rush, calls très distants avec trop de monde pour être bien intelligible, rush…

lundi 24 juillet 2017

795ème semaine

Je n’ai pas vu passer le 14 juillet, cette année. Ça fait deux fois que je sèche, mais cette fois, je suis même arrivé devant mon écran alors que les avions passaient au loin par ma fenêtre. Il y a une interview de Stéphane Soumier où il dit que les entrepreneurs sont comme les sportifs de haut niveau qui se lèvent à 6h du mat’ tous les jours pour 10 heures d’entraînement avec au bout du bout, pour quelques uns seulement, une breloque. C’est vrai. Mais cette putain de breloque, elle terminera chez moi. Non mais.

mardi 18 juillet 2017

794ème semaine

« Molto intuitive » qu’ont dit les Italiens par Skype, découvrant le fruit de mon travail acharné, pendant que je gérais en parallèle les Ivoiriens. Mais la malédiction du travail bien fait, c’est qu’il appelle à la persévérance. Il paraît qu’au bout du tunnel, il y a le bout. Un truc comme ça. J’espère qu’on ne m’a pas menti !

dimanche 9 juillet 2017

793ème semaine

Semaine formation : d’abord, c’était moi le pioupiou (EMBA) ; enfin, c’était des clients les pioupious (3 ans après une affaire qui devaient avoir lieu mais finalement pas !) ; et au milieu, pour une improbable après-midi chez une responsable de spécialisation (à l’autre bout du monde) où j’étais le seul prof présent, un barbeuc avec mes anciens pioupious. Eh bien j’étais fort content d’avoir traversé l’Île-de-France pour revoir une partie de ces trois promos, cette petite trentaine de néo-collègues de ma progéniture intellectuelle qui ne me rendent pas peu fier…

lundi 3 juillet 2017

792ème semaine

Encore une semaine tellement densément remplie que ça manque d’activités annexes…

mardi 27 juin 2017

791ème semaine

Les dej d’amis-biz reprennent mais ce n’est qu’une bulle suspendue avant de nouveau le rush — bientôt aussi une nouvelle éclaircie. Idéal pour bosser !…

lundi 19 juin 2017

790ème semaine

Il paraît que je suis assertif, à peine un peu moins agressif et encore un tout petit peu moins manipulatoire — mais guère passif, en revanche. Bon, pour la peine, ça ne m’a pas avancé forcément à grand chose, le MBTI était plus éclairant. Alors entre deux élections pour le changement messianique en marche, dans un pays en panne, la vie entrepreneuriale à haute dose continue, avec un ROI toujours aussi incertainement lointain. Ce qui est certain, en revanche, c’est que ce n’est pas avec de bons sentiments que ça tourne — mais ma prof d’épanouissement dans l’amour du prochain (toujours s’en méfier…) ne serait apparemment pas trop d’accord.

dimanche 11 juin 2017

789ème semaine

Avec la fin du périple à Osaka, on atteint un mix entre Tokyo et Kyoto, l’avantage étant donné au premier. Immeubles uniformément de dix étages à quelques exceptions — et deux ou trois bâtiments remarquables tout au plus —, un château central typique impressionnant et un parc attenant fort sympathique, et pour donner le change un quartier à-la-Shibuya (Namba) totalement allumé et nocturne. Mais encore une fois, l’anglais est déficient, et ce n’est qu’un des multiples indices trahissant que l’on a oublié qu’être une île ne dispense pas d’être un minimum ouvert, surtout quand on a dû sa puissance à son exportation. Voilà que les Chinois se distinguent : leur niveau d’ouverture (échange universitaires, maîtrise des langues étrangères…) s’est grandement accru ces dernières années. Il semblent qu’ils aient pris la mesure des erreurs nippones. Car la stagflation n’est guère surprenante. Certes on bosse, dur, tardivement dans sa vie, quitte à faire l’un des très nombreux bullshit jobs comme tenir une pancarte, agiter un bâton lumineux, faire un peu de circulation à la sortie les voitures d’un parking, peu importe, il n’y a pas de salaire minimum, on automatise très peu.

C’est là la plus grande surprise, d’ailleurs, au pays du robot : mis à part quelques Pepper rachetés par l’omniprésent SoftBank, qui servent à faire des bullshit jobs encore plus bullshit que d’habitude (c’est dire), le Japon est le royaume de l’électro-mécanique poussé à l’extrême, tel que cela ne nous est jamais parvenu, parce qu’on n’était pas aussi riche (les chiottes délirantes…) et que l’informatique est arrivée. L’informatique, le Japon est totalement passé à côté. Ils ont commencé à faire quelques interfaces tactiles, ce genre de choses basiques, mais on a une grande impression d’être dans le futur du passé, dans la continuité non avenue des années 1990, dans une branche morte de l’histoire. Le Japon a mené à son terme une logique qui était en réalité une impasse, et se reposant enfin de son ancienne hyper-activité, devant à présent maintenir l’existant mais ne pouvant plus innover dans une société fortement convergente, pyramidale et introvertie, idéale pour l’industrie mais catastrophique pour le nouveau paradigme du XXIème siècle. Le pays profite de son ancienne avance à périmètre équivalent sans rien inventer de nouveau — même les mangas de référence restent très âgés, tel Dragon Ball ! —, et cumule un certain retard qu’il sera probablement impossible à rattraper dans l’enfermement : quel paradoxe ! Le Japon a dû être extrêmement impressionnant dans les années 1990 et jusqu’au début des années 2000. Les images de Shibuya étaient impressionnantes. Elles font à présent sourire face à Hong Kong, Shanghai ou les villes de la péninsule arabique.

Et quelque part, le Japon est une illustration différente de ce qu’il se passe en Europe. La stagnation sur les acquis, et la dette d’un passé trop glorieux. La pente descendante est douce…

lundi 5 juin 2017

788ème semaine

Kyoto est réellement radicalement différent de Tokyo, si ce n’est qu’on y parle aussi bien Japonais (on y entend seulement un « kowai » qui rappelle que plus de 500km sépare les deux villes, au cas où l’on aurait oublié en 2h30 de Shinkasen omnibus). Les costards-cravates-tailleurs sont tout à coup remplacés par la tenue traditionnelle de kimono, avec chaussure en bois et chaussettes à pouce séparé, totalement pas idéal pour arpenter les multiples temples autant en ville qu’en forêt très inclinée, car Kyoto est bordé de montagnes, ce qui achève de rendre le cadre charmant, malgré la multitude d’immeubles tout aussi insipides qu’à Tokyo, mais cette fois toujours de taille miniature. Le dynamisme est assez absent : on se sent en province, tout est tranquille. Il faut absolument dîner avant 20h30 si l’on veut éviter d’être à la diète — et les restaurants sont plus chers pour moins bons. Les transports sont calamiteux (une grande croix de deux lignes à peine de métro et de quelques trains de différents compagnies, en doublon, laissant tout le reste de la ville vacant, avec des bus lents sans correspondance de ticket (notons au rayon étrangetés que l’on rentre par l’arrière et que l’on sort par l’avant en payant !), faisant errer des touristes beaucoup plus nombreux. Le taxi est encore donc partout, mais apparemment à des prix non comparables avec l’Asie du Sud-Est.

Le Japon folklorique est plus reposant et attrayant, pour sûr. Mais là encore, quelque chose manque pour emballer le coup de coeur auquel on était pourtant préparé. Ou peut-être trop préparé, en fait. Ce sera tout de même une destination à refaire, un jour, mais le rapport qualité-prix reste en faveur d’autres destinations.

- page 2 de 100 -