Hier et aujourd'hui, c'est donc les journées contre la censure. Me suis donc fait censurer par Kerdekel (mais je l'aime quand même, elle est juste un peu capricieuse ;) ). Heureusement, KHTML a une super gestion du cache :D. Je disais donc, à propos de la dernière coupure :

Je rêve où c'est un troll poilu là dessous o_O ??

Commençons par "il n'y a pas mort d'homme" ; bein, vive les groupes électrogènes dans les hôpitaux, et le fait que ça n'ait duré "que" une heure ; l'autoroute dans le noir, ça devait être fun aussi...

Construire plus de centrale, on va devoir y arriver de toute façon : de plus en plus de bidules électriques, et de plus en plus d'habitants (enfin, c'est assez stable, vive l'immigration), et les éoliennes, m'enfin, c'est du grand comique, restons sérieux. L'énergie hydraulique, peut-être, et encore, on est loin du rendement d'une centrale nucléaire.

Le futur, il est à Cadarache, la fusion, exit l'uranium et vive l'hydrogène (enfin, le deutérium). En attendant, je vois mal comment on pourrait survivre à la bougie...

Mais le problème ici est clairement au niveau de l'interconnexion des réseaux, y'a de la théorie des graphes à revoir, et ce n'est pas très très normal, non, d'avoir une coupure pareille...
 Posté le mardi 7 novembre 2006 à 13:06 par palpatine

Je ne suis pas forcément pro-nucléaire, mais force est de constater que je préfère un baril d'uranium dont on ne sait pas trop quoi faire à part l'enterrer que des méga-tonnes de pollution atmosphériques à coups de pétrole. Remplacer par des éoliennes ou des centrales solaires, c'est du délire absolu, en Espagne ils viennent de pondre un truc de plusieurs dizaines d'hectares de panneaux pour approvisionner quelques 60.000 personnes, je laisse imaginer ce que ça donnerait pour 66 millions. Pire, ça ne marche que s'il fait chaud, pour eux ça tombe bien, c'est Séville. Et c'est super mignon dans le paysage, tiens, idem pour les éoliennes. Le must, c'est que la production est variable, donc il faut compenser par des centrales rapides pour maintenir une production stable (parce qu'en plus, la nature est mal faite : c'est quand il n'y a pas de Soleil que l'on s'éclaire et que l'on se chauffe, pas de bol), tout simplement parce que l'on ne sait pas conserver l'électricité (ou alors : énergie hydrolique, on fait remonter de la flotte et on la revoie dans des turbines ; je laisse imaginer la perte au passage...). Résultat : comme seules les centrales à charbon et à pétrole sont en mesure d'être rapidement mise en marche, ce sont elles qui sont mises à profit dans cette opération, et c'est au démarrage que ça pollue le plus. Tout gagné. Se passer du nucléaire à l'heure actuelle, il n'y a qu'à voir en Allemagne ce que ça donne, ils nous achète beaucoup d'électricité. Et je crois me souvienir que les barrages Chinois ne sont pas super méga top pour l'environnement non plus...

Il faut rester un poil réaliste, tout de même, et ce n'est pas avec de la poésie que l'on va faire vivre des dizaines de millions de personnes (et même centaines à l'échelle Européenne, milliards à l'échelle mondiale) ; l'état de la science est ce qu'elle est, il reste juste à la faire évoluer, ITER est là pour ça, c'est une très bonne chose. En attendant, les mécontents peuvent aller vivre dans les Cévennes et s'éclairer à la bougie. Je ne dis pas non plus que le nucléraire ne pollue pas : ça réchauffe les rivières, et ça sort des tonneaux de déchets radiocatifs dont on ne sait pas trop quoi faire (mais après tout, pourquoi pas les enterrer ou les balancer dans l'espace, vois vraiment pas le problème...). Quand on voit le nombre de centrale au charbon qu'il faudrait en équivalence, c'est vite vu, y'a pas à réfléchir 120 ans, ça s'ajoute à la longue listes des "(moindre) maux nécessaires", c'est tout. Je préfère quand la fumée qui sort d'une centrale est de la vapeur d'eau pure, pas un tas de poussières toxiques et de CO2...

Je précise qu'ici tout le monde a le droit de troller, du moment que c'est argumenté. Na ! :D (et non, les dynamos sur les cages à hamsters ne suffiront pas à alimenter 6 milliards de personnes, pas la peine de tenter !)