On s'amuse comme on peut (et le pire, c'est qu'il n'y a apparemment pas vraiment de lois contre le "viol" de cadavre...)