Mais quelle était donc cette désertion des troupes hier soir à Paris-Carnet ? Certes certains avaient prévenu (des histoires de lapin, de ski, que sais-je encore), mais déjà qu'il n'y avait pas beaucoup d'inscrit, il y a eu pas mal de sécheurs, plus un étalement dans le temps qui a donné une des soirées les moins peuplées de l'histoire ; était-ce à cause du nouvel an chinois ? (fini l'année du cochon -- qui se trouve être l'année de ma naissance, si c'est pas du n'importe quoi ! :p --, vive le rat mouillé)

Afin de compenser, des très rares étaient de la partie : j'ai bien cru apercevoir Olivier Meunier dans un coin, Fauvette-pas-vue-depuis-longtemps, plein de gens que je ne connais absolument pas (et qui peuvent se dénoncer, histoire de mettre des noms sur les visages -- ou sur les urls), et même mon ami David le biologeek pas vu depuis (ciel !), un an ? Présents aussi Klari (convertie) à la même table que les musicaux Bladsurb et Labosonic (et mon voisin de gauche inconnu, qui es-tu au fait ? ^^), je m'y installe donc, à 20h30 passés -- parti tard du boulot, plus un passage pour récupérer quelques habits, et faire un peu d'essayage (grosse dépense vraiment luxueuse en vue...).

Discussions musique, concerts, blog, et... fringues au menu, surtout après le renfort de Valerio (qui se paie des T-shirts 20 fois moins chers que la moins chère de mes chemises -- soit la Lagerfeld blanche à -50%, en l'occurrence) ; décidément, les réactions et les réactions sur les réactions sont fascinantes. Je précise au passage, contrairement à ce que l'on pourrait croire, que ma chemise Kenzo n'était pas mini-trouée dans tous les sens (sur les autres parties que celles avec les fleurs brodées), c'est une illusion d'optique, c'est ça la haute couture :).

Comme il y a peu de monde, certains quittent prématurément, comme la tablée d'Adrian, qui est bientôt remplacée par ceux arrivant du stabat mater de Gamacée (enfin, de Poulenc, à la base) chanté à la Sorbonne (mais je suis parti du boulot trop tard, donc), cette dernière cherchant malheureusement le premier, disparu ; dans la foulée arrivèrent donc aussi Thomas, Kerlu ou Nim' (entre autres). Tandis que la tablée de Kerd' (inscrite de force par Aggelos, qui ne lui aura appris la manoeuvre que peu avant leur arrivée) se vide aussi peu à peu (j'ai un peu raté ceux du fond, marqué par un passage éclair de M le Maudit). Finalement, il n'y a guère que la première table qui est restée solide, avec Garf', Frank, Pascal, ou Michel v (le tout sous surveillance policière, ça doit être ça), quoique je crois avoir discerné une certaine rotation. Aucun blogueur politique ou juridique, aucune mère de famille ou assimilé, des pédéblogueurs en très forte minorité numérique (wow, pas courant !), c'est tout de même très étrange. Mais la soirée ne fut pas pour autant moins bonne (quoique plus courte pour ma part, retour @home pour minuit, saleté de correspondances toutes ratées, avec mes deux sacs de fringues über-chères dans les mains :/  --  décidément, ce quartier, eurk quoi, aussi).