Familles des victimes militaires morts (toujours les mêmes 10) reçues à l'Elysées : après avoir fait tour operator en Afghanistan, voilà que l'on paie le voyage à une trentaine de personnes (on les voit très rapidement traverser la cour, à la télé, difficile de compter), parce que je pense bien que ça n'a pas été à leur frais. Le père d'un des militaires nous dit que cette rencontre avec le Président avait notamment pour but "que ce drame ne se reproduise pas". Coco, ça s'appelle la guerre, le meilleur moyen de ne pas mourir, c'est de ne pas y aller (surtout comme soldat !), c'est fou mais c'est comme ça. Y'a le paint ball, sinon, c'est fun et sans danger (ou les balles en mousse, voire à blanc, mais faut convaincre les Talibans en face, surtout qu'ils y vont au couteau apparemment). Tout ça pour occuper au final trente secondes pas plus d'info au journal (pour une heure de blabla à huis clos total) : vraiment totalement n'importe quoi jusqu'au bout... On ne faisait pas autant de chichis, avant, pour la chair à cannon : j'ose à peine imaginer le prix des cellules de soutien psychologique si l'on avait eu les mêmes délires...