Non contente d'avoir réservé une salle dans un palace (gné ?) pour rien, dans un grand élan de vente de peau d'ours non encore décédé, tout autant que d'avoir écrit un discours pour rien aussi, et d'avoir dû décommander les journalistes au passage, la Betancourt -- et encore plus sa secte ses supporters -- fait preuve d'une ahurissante réaction face à sa non-nomination au prix Nobel de la paix, alors même qu'elle a lutté très très fort, on le sait bien, en se faisant tout d'abord emprisonner dans la jungle quelques années, puis en s'en faisant libérer (et en allant faire une bise au pape juste après).

Les records de commentaires odieux affluent de son entourage : le bénéficiaire du prix Nobel 2008 n'aurait pas la classe d'un Dalaï Lama, Nelson Mandela ou qui sais-je encore, c'est une mauvaise nouvelle pour les otages en Colombie (comprendre : il incombera au comité nobelisateur d'assumer la situation là-bas, car ils aurait pu aider à la résoudre), d'ailleurs c'était maintenant (l'année de la libération, alors que les médias en parlent) ou jamais, etc.

Ce qui est certain, c'est que la Betancourt n'a déjà pas besoin du million d'Euros de récompense, et que le comité est bien aimable de lui dire qu'ils reconsidéreraient sa position en cas d'aide apportée à la signature d'un accord de paix : car pour un prix aussi symbolique que celui du prix Nobel de la Paix, seul un Juste devrait y prétendre, et en ce sens pareil comportement devrait même valoir sévère et définitive disqualification.


add: Jules fait dans le second degré