J'entends des conservateurs coincés (catholiques ou non, mais ceux-là sont toujours les meilleurs) s'insurger contre les propos de Carla Bruni, qui disait que "l’adoption est peut-être la forme la plus pure de la maternité", en rapport avec son désir tardif de nouvel enfant, qui serait biologiquement contraire à la nature. Comprendre que les femmes artificiellement enceintes à 60 ans souffrent plutôt de délire psychologique plus qu'elles n'ont envie de transmission inter-générationnelle. Et que réduire la filiation non pas à une opération biologique d'engrossement (pardon : un papa, une maman, un mariage pour la vie -- ce sont les mêmes) mais à un amour inconditionnel du prochain dans son apprentissage est "pur" : mot à connotation très difficile depuis 60 ans, rappelons-le, il faudrait plutôt parler "d'essence".

Car si je vous dit "l'adoption est l'essence même de la paternité", voilà qui au moins enlève tout risque de me reprocher de ne pas vouloir sacrifier mes fines jambes et ma taille de jeune fille. Il y a un nombre impressionnant d'enfants malheureux, abandonnés, miséreux, orphelins, à quoi bon en créer d'autres ? En fait, c'est très simple : le désir d'enfant est profondément égoïste, on le sait déjà, mais bien plus lorsqu'il s'agit de vouloir reproduire son nez, ses oreilles, et la couleur de ses cheveux. Ça, c'est biologique, reproduction de l'espèce dans ce qu'il y a de plus commun au niveau animal, pas la peine de s'en cacher, aucune notion de "bien" ou de "mal" derrière cela (le hobby préféré du coincé, bipolariser le monde). Que l'on prenne le temps d'y penser, et de transformer ce désir pour faire d'une pierre deux coups en permettant à un être humain destiné au malheur (parce que nous sommes dans un monde égoïste, là encore : moi, ma famille, mon village, ma nation, et peut-être les autres s'il me reste du temps) d'accéder à un autre niveau d'existence, n'est-ce pas là, intellectuellement, la meilleure des filiations ?

Au lieu de déformer les propos des "bobos", les bien-pensants feraient mieux de penser tout court. D'autant qu'ayant déjà eu un fils par voie "normale", la Bruni pouvait être dédouannée a priori de toute pensée malsaine. "Impures" correspondraient plutôt à ces critiques de névrosés que je lis ou entends.