... le monde merveilleux des politiques, il s'en passe de bien belles. Le projet de loi HADOPI a eu le mérite de réveillé du barbu rompu aux techniques de guerrilla et de résistance en milieu extrême, entraîné par m$ durant des années (et tous membres APRIL) : alors quand il faut s'attaquer à la politique, ça débarque avec les grands moyens, et ça donne deputesgodillots.info, le site web de référencement des godillots de l'assemblée nationale, rempli à la main, en observant sur place le boulot -- ou plutôt le non-boulot -- des députés à la solde du gouvernement -- où comment Copé se retrouve pris au mot.

Et c'est ainsi que quelques jours à peine après ouverture, quatre joyeux larrons se retrouvent fichés : l'une joue au freeCell, l'autre mate ses photos de vacances, un troisième lit des piles de livres, le tout lève la main au bon moment pour apporter son soutien irréfléchi au gouvernement. Mais un seul se détache pour le moment, car il ne s'est même pas donné la peine de venir (et ça ne date pas d'hier !) : Jack Lang. Il votera (ou voterait) pour HADOPI ; no comment.

Les citoyens opposants HADOPI publient aussi leurs notes, et là encore, on hallucine devant le boulot bâclé des députés ; voir les "interventions" et l'attitude de Lefebvre, pour changer. Authueil salue l'initiative. J'en fais de même, c'est d'ailleurs hallucinant à quel point il faut faire des pieds et des mains pour ça : assister à une séance n'est pas simplissime, outre le fait que poser des jours de congés pour ça, c'est moyen. La chaîne parlemantaire ne diffuse pas toutes les séances, où l'on a du mal à savoir qui fait quoi, et surtout, qui vote quoi ! À noter que pour éviter le godillisme, dans une certaine mesure, il suffit de ne pas voter à main levée -- les ordres seront donnés avant, mais ce sera plus difficile, et dans le doute, les députés fantômes devraient soit utilisé un truc appelé "cerveau", soit s'abstenir...

Pendant ce temps, on rêve un peu devant les pré-propositions de loi à la con qui nous sont concoctés : cagoules et mysoginie au menu. Et tant qu'à lier Jules, autant déclarer que je pense exactement la même chose que lui au sujet de Royal, ses excuses à la con, et surtout, d'une part l'attitude sarkozienne (qui laisse songeurs ses adeptes : moi pas, c'est toujours le même personnage, vulgaire, c'est dur d'ouvrir les yeux, hein ?), et de l'autre la sur-réaction de l'UMP qui a donné dans la putasserie la plus crasse, notamment avec cet ahuri de Lefebvre, qui au passage s'en prend rien de moins qu'à la presse. La caricature du politicien, qui est devenu une espèce de norme, est réellement à pleurer.