Ce Paris-Carnet devait être un peu spécial : un baptême, un parrainage, ça faisait longtemps (Ticapix l'année précédente). J'ai donc éprouvé la non-sociabilité de ma Mimy-souris, qui par ma foi ne s'en est pas si mal sortie que ça : il faut dire que Kozlika sait toujours comment intégrer naturellement les nouveaux, que Johann a lancé un concours de poésie (bon, de Haï-cul, nouveau concept, mais pas de traumatisme notable, je suis assez fier de ma mission éducative ;)  ), que Thomas découvrant la sortie de khâgne de notre héroïne a vite appelé Mademoiselle Moi (au sujet de laquelle j'en ai autant appris que la dernière fois où j'avais eu la joie de m'entretenir avec elle).

Johann fut fort choqué (oui, déjà, ça fait peur) d'apprendre les non-célibats des uns et des autres (et inversement, j'ai raté des épisodes, d'ailleurs) : eh oui, les temps changent, quatre ans après notre première rencontre (amusant, Alecska et M le Maudit étaient aussi là -- mince, ça me rappelle que kwixz était inscrit, mais depuis le temps, j'ai un peu oublié à quoi il ressemble, tant il était juste à côté de moi, où s'était installé Michel_v...), bien des choses ont changé..  :)

Mais cela faisait longtemps, en revanche, qu'il n'y avait pas eu cette ambiance d'avant, et avec un départ à 23h25, il y avait encore assez de monde pour tenir après minuit (juste vu Goon de loin, Kerdekel ne m'a même pas traité d'enfoiré de scientifique, il faut dire qu'elle était tout amoureusement concentrée, à ce que j'ai pu comprendre). Il faut dire que des renforts sont aussi arrivés tard dans la soirée, comme Valerio, avec qui on aura pu discuter quelques temps -- qui passe toujours vite -- de philosophie appliquée. Et comme ma gente accompagnatrice en écrira certainement un roman comme elle si bien le faire, je n'ai plus qu'à attendre son compte-rendu et à me reposer en attendant (la sous-traitance de compte-rendu détaillé, ça c'est l'avenir !).