Rattrapant quelque retard de début d'années, je lis Versac, et j'hallucine. Alors je vais sur cet excellent billet, et je pleure un peu. Ces gens sont tout simplement ahurissant : non seulement ne comprennent-ils rien au web, dont ils glosent pourtant sur une chaîne publique -- eh merde, mon pognon est dedans, foutue taxe de mafieux étatiques --, mais en plus s'en vantent-ils. Arditi, FOG, Joffrin représentent l'archétype de la profonde débilité, non pas parce qu'ils feraient mieux de se taire plutôt que d'exposer les affres de la vieillesse sur leurs cerveaux respectifs, mais parce que philosophiquement, ils sont simplement en train de faire l'apologie du despotisme et du contrôle de la pensée (évidemment pour imposer la leur, comme toujours).

Le plus explicite dans cela reste clairement un député UMP (what else ?), non pas le Lefèbvre (on pourrait le suspecter de quelque folie, à force, ça le décrédibilise), mais Myard, qui pour avoir appris trois termes techniques nous présente sa pensée abyssale, développant un déjà fameux :

J'espère que l'on va prendre conscience de la nécessité de nationaliser ce réseau, et d'avoir la capacité de mieux le maîtriser, les Chinois l'ont fait

Je ne sais ce qui est le pire, dans son cas : qu'il puisse avoir le droit de voter des lois en touchant une grasse paie cotisée par les contribuables, ou qu'il se soit fait élire (c'est-à-dire qu'il y ait des concitoyens qui aient trouvé son esprit si éclairé).

Comme dirait Lea, pour être illuminés, certains ouvrent leur frigo. Le problème, c'est qu'ils sont en haut, tout en haut... (heureusement, ils sont vieux, encore vingt ans à les supporter et ils iront rejoindre Néanderthal)