je crois qu’il s’agit d’une variante financière de ce bovarysme si dramatiquement répandu dans notre société qui pousse à estimer qu’on mérite une autre vie

Le compte-rendu d'Aliocha du procès Kerviel est décidément délicieux. Cette tirade est donc due à "Philippe Bourion, l’assistant du procureur". Est-ce la peine d'expliciter ce que j'en pense ?

En tout cas, de mon côté, je me dis qu'il faudrait faire quelques fouilles archéologiques dans mon blog pour ressortir ce que je pensais des banques et du trading avant cette affaire ; ces gens sont tout simplement hallucinants. Bienvenue dans la 7ème dimension ; pas de bol, c'est sur Terre.

Et du n+1 au PDG, on n'a rien vu, on fait confiance, on n'est (surtout) pas responsable ; on ne lit pas les mails d'alertes, parce qu'on en reçoit trop, des mails, de toute façon ; et puis le pognon, ça va, ça vient, on n'y fait pas gaffe. Sortie du pipeau ultra-technique pour le bas, des effets de manches rhétoriques grandiloquents pour le haut. Ça, en revanche, je trouve que c'est tout à fait typique de notre société moderne...


update: j'avais raté l'
excellent billet d'Alexandre Delaigue des Econoclastes, qui fait dans la socio : le problème, conclut-il, c'est essentiellement que l'on donne des responsabilités élevées à des gens incapables de comprendre ce qu'ils font, mais en faisant semblant de le croire : ils "ne peuvent qu'être des leaders nés parce qu'ils ont été capables à 20 ans de passer un concours très difficile". Je suis fort heureux de constater que l'on partage entièrement mes positions.