Le microcrédit me laisse quelque peu perplexe. Il faut dire que si Attali me laisse toujours un peu méfiant, des espèces de gaucho-écolos sponsorisés par HEC me laissent tout aussi bien dubitatif. Pour avoir rencontré la (très, très sympathique) fondatrice du microcrédit pour femmes (car de part le monde, il y a des individus qui cumulent : pauvres ET femmes), j'ai bien compris que bon, c'est pour le bien de l'humanité, mais ça rapporte tout de même gros (de quoi rembourser un EMBA en pas beaucoup de temps).

La philanthropie lucrative, ça me dépasse un peu. Et à lire wikipedia, le pire, c'est que si ça empêcherait les pauvres de devenir plus pauvres, ça ne leur permet tout de même pas de devenir plus riche. Bref, ça ne leur apprend pas à pêcher (et puis d'ailleurs, comment les trouve-t-on, ces pauvres ? N'est-ce pas l'inverse du commerce équitable qui réduit les intermédiaires ?).

Je reste très circonspect quant aux notions de "solidarité" prônées (il faut dire que si j'ai bien compris, certains microfinanceurs vous remboursent votre microprêt avec un taux d'intérêt de... 0%), pour une activité somme toute commerciale. C'est mon côté chrétien, sûrement.

En tout cas, si une caractéristique est commune, c'est la difficulté à trouver ces sites de microcrédit : le référencement Google, c'est pas encore rentré dans les moeurs...