Quelle pluie ! De quoi faire hésiter à se rendre à un concert non prévu, quoiqu'à moitié noté sur l'agenda — fort bon programme, et une salle Pleyel assez désespérée pour remplir les places. Mais c'était réglé avec Hugo : rachat de place. En arrivant trempé, il y a bien du beau monde : Serendipity, vrai parisien et Guillaume, Philippe/l'esprit de l'escalier, Bladsurb, Joël, Klari, puis Laurent & co, andanteconanima... et finalement Hugo (j'ai cru voir Gvgvsse à la sortie, aussi, avec son paternel ?). Orchestre J106 à pas cher : je suis gâté !

Le Budapest Festival Orchestra était dirigé par son Iván Fischer. Forcément, avec autant d'Hongrois, autant donner dans le Béla Bartók : d'abord les "Chants paysans hongrois", d'une petite dizaine de minutes, puis le concerto n°1, avec József Lendvay et son stradi. Les chants paysans sont évidemment folkloriques, mais en tendant l'oreille, on y décèle de plus en plus l'esprit de Bartok. Le concerto est dynamique, et Lendvay assure de très bons moments. Au rappel, il nous gratifie d'un morceau OVNI absolument incroyable (titre recherché...), à la Paganini (pizzicati main gauche, etc.). D'autant plus surprenant que ce violoniste a une dégaine assez particulière, allure totalement brouillon au mieux...

Entracte, petit tour avec Christian pour me remettre le dos en place, et retour à mon rang J (au bout duquel se trouve une p'tite blonde d'une vingtaine d'année très émouvante — agrippée par son trentenaire grisonnant, tu m'étonnes). Et Symphonie n°5 de Mahler. Celle qui a un moment de pizzicati ploum-ploum (©Klari) comme s'il pleuvait. D'ailleurs, le chef a placé un cor solo, tout devant, pour ce mouvement-là. Tout à coup, on se rend compte qu'il y a effectivement un concerto pour cor au milieu de la symphonie — même s'il n'a pas une partition très chargée, ça tourne bien autour. Le corniste a plusieurs positions pour plus ou moins projeter le son ; et pour mettre l'ambiance, aussi (le premier violon s'est trouvé un pote avec qui communiquer...).

L'orchestre marche très bien, c'est très réussi, on est fort heureux. Semie-standing ovation. Avant la séance pizza à onze personnes (dont sept blogueurs), comme Hugo m'avait dit que je le rembourserai en dessert, andanteconanima (il aurait pu prendre un pseudo plus court...) me demande si ça valait bien un tiramisu. Que oui !