"Much ado about nothing" : voilà un film qu’on (les fans de Joss Whedon et d'Amy Acker, du moins) attendait depuis un bout de temps ! Whedon a tourné l’adaptation de la célèbre pièce de Shakespeare à son domicile, en noir et blanc, en moins de deux semaines (malgré ses voisins), avec les dialogues originaux en vieil anglais qui sent le manuscrit, en l’adaptant au monde moderne pour la mise en scène, et en s’entourant d’une brochette d’acteurs fétiches — c’est ainsi que l’on reconnaît dans les deux gens d’armes Tom Lenk (Andrew dans Buffy) et Nathan Fillion (le capitaine Malcolm Reynolds de Firefly) !

Dans les rôles-titres, Amy Acker (Fred dans Angel) pour Beatrice et Alexis Denisof (Wesley Wyndham-Pryce dans Buffy et Angel) pour Benedict, qui sont d’ailleurs un vrai couple à la vie depuis la dernière saison de Angel (qui les avait accouplés). Il se tirent la bourre de façon magistrale, avant de s’avouer, suite à quelques stratagèmes amicaux, leurs passions refoulées ; en parallèle, on suit les amours de Hero (Jillian Morgese), fille de Leonato (Clark Gregg de Avengers) chez qui se passe l'intrigue, et Claudio (Fran Kranz), compagnon comme Benedict de Don Pedro (Reed Diamond). Uniquement des acteurs de séries télévisées. Sauf pour Jillian Morgese qui a sur son CV un unique rôle de figurante dans Avengers ! Joss Whedon est aussi un découvreur extraordinaire de talents, rappelons-nous.

Caméra et musique qui swinguent nonchalamment (l’espèce de blues/jazz sensuel et relevé que l’on a encore dans les oreilles quelques jours plus tard... Création de Whedon à partir des paroles de Shakespeare, nous dit le générique !), mise en scène remarquable où le cinéma rencontre le théâtre filmé, tout est bien ajusté, sans avoir recours aux artifices délirants de Baz Luhrman pour Roméo + Juliette (que j'adore par ailleurs), ce qui lui donne moins de folie, mais plus de justesse. Il n'y a pas de prétentions, c'est un OVNI avec du classique, où l'on rit et l'on pleure — spécialité anglo-saxone qui nous échappe beaucoup.

Et puis entre les magnifiques Jillian Morgese et Amy Acker, "Much ado about nothing" est, je pense, un hymne aux beaux nez.