Un autre film sur l'absence d'une femme. Mais cette fois-ci, c'est la mère de famille, Eva Green — dans un rôle légèrement différent de celui de Sin City. L'histoire est contée et vue par l'héroïne, une jeune Shailene Woodley absolument magnifique, qui pour une fois dans un film a une vraie sexualité assumée (ça change !). On a failli rater "White Bird" à force de pas-de-temps, et ç'aurait été dommage : Gregg Araki réalise un film court et bien construit, où les personnages sont riches — le père maltraité par une mère qui pense avoir rater sa vie (ménagère) à cause de lui, la fille un peu coincée entre les deux, la mère qui perd les pédales avant de disparaître sans laisser de trace. Que s'est-il passé ? Introspection et interrogation, pour ce qui s'avère pourtant simple. Pourtant...