« Imposteurs de la complexité ». Après avoir été applaudi, Jean-Marc Daniel rajouta une couche qui courrouça quelques peu le public d’avocats. Eux, les fervents défenseurs de la veuve et l’orphelin, la main sur le Code et gardiens du Temple de la Loi, de la Justice, de la Civilisation ? Eux qui portent haut le verbe, forts d’une expertise difficilement acquise, d’une position sociale enviée, quoique toujours menacée ? Impossible, inacceptable !

Voilà ce qui en coûte de vouloir sortir de sa confortable bulle. Aux États généraux du droit des affaires, on s’est félicité du changement de nom « entreprises » (jusqu’à la quatrième édition) par « affaires » (cette cinquième). Pourtant, c’était déjà le révélateur. Croisant au buffet les rares qui ne sont pas du sérail — une juriste d’entreprise conspuée d’une grande boîte, le gestionnaire de la holding de Nature et Découverte (qui a accueilli Laurent Grand-Guillaume, étrangement aussi absent de cette journée que Thierry Mandon, les simplificateurs dont on ne manque pas de souligner que souvent, ces bons sentiments mènent à encore plus de complexité), consommateur de droit, et deux startupers échappés d’études juridiques —, le constat est sans appel : mais les avocats se rendent-ils compte qu’ils vivent sur une autre planète, tout en clamant défendre la nôtre ? On pourrait y ajouter les professeurs de droit, très chers…

Oui, j’aime toujours cet étrange milieu, de gens qui aiment le beau et le bon, deux distinctions fondamentales qui les éloignent définitivement des ingénieurs grossiers. Mais dans les hôtels particuliers et grands immeubles haussmanniens, rivalisant sur l’épaisseur du tapis facturé à des tarifs indécents, nos vaillants chevaliers usent et abusent surtout d’une position de sachant contre les non-sachants, pris dans une machine bureaucratique administrative qui bat sur tous les plans la Rome antique au plus haut de sa décadence pré-écroulement. Pétris de contradictions, comme nous tous, ils subissent eux aussi la pression des règlementations, directement ou indirectement à travers des clients de plus en plus complexes à conseiller correctement — car le chaos et l'entropie mènent à l'incertitude, à l'imprédictibilité la plus totale. Mais à l’inverse de toute autre profession, il suffit de regarder qui possède les clés du pouvoir pour résoudre la seule question qui vaille (et qui donc est refoulée) : à qui profite le crime ?

La sailli provocatrice de l’économiste, qui ne peut être penseur par définition, fut l’un des rares semblants de réflexions idéologiques de la journée. Les juristes français sont toujours coincés entre leur rôle qu’ils ne peuvent définir faute de miroir pour se penser, et leur travail quotidien bassement technique. De ce point de vue, la journée fut pleinement remplie. Mais il y a un storify pour cela…