Alvin Ailey est de retour à Paris, avec ses beaux danseurs, athlétiques, esthétiques, élancés. Mais comme le dirait la souris, on est restés un peu sur notre faim, malgré les grandes qualités de la compagnie. C’est que les chorégraphies au programme n’étaient pas forcément des plus excitantes.

Polish Pieces - Hans van Manen
Pas De Duke - Alvin Ailey
Strange Humors - Robert Battle
Four Corners - Ronald K Brown
Home - Rennie Harris

Je pense que « Four Corners » était le plus emblématique du recyclage par occidentalisation de ce que l’on nomme d’ici les « danses nègres », malaxée par le christianisme pour dé-sauvagiser du temps de l'esclavage aux Amériques, puis requalifiées de danse africaine pour les bourgeois en quête d’activité sportive encanaillante mais labellisée. Strange Humors était dansé par les deux seuls (ou en tout cas très rare, il y avait peut-être un troisième) non-noirs de la troupe — un blanc et un asiatique —, et cette fois c'était la capoeira (danse furtive de combat) qui était invoqué. Pas de duke était un pas de deux sans trop d'intéraction et très jazzy. "Home" était d'obédience hip-hop, comme un aboutissement d'une culture noire américaine dont on aura parcouru tout le spectre.

C’était plaisant, mais pas inoubliable.