L’avantage avec “les sept dernières paroles du Christ en croix”, c’est que Jésus ne traîne pas trop à mourir pour qu’on puisse prendre le RER en sortant du TCE : une heure top chrono. Efficace. La foule n’est pas très attirée, en cette période pré-pascale propice aux divertissements religieux. Pourtant Haydn sait y faire, c’est tout doux — trop diront certains qui s’endorment.

Philippe Herreweghe  direction

Sara Wegener  soprano
Marie Henriette Reinhold  mezzo-soprano
Robin Tritschler  ténor
David Soar  basse
Orchestre des Champs-Elysées
Collegium Vocale Gent

Il entendit que c’était bien et bon.