Une à deux fois par an, il y a forcément un conflit d’agenda. Il y avait donc Yuja Wang à la Philhar, avec une place à 10€. Et une Verklärte Nacht (empruntée à Schoenberg, version NY Philharmonic/Boulez) au théâtre de la ville, mais pour plus de 20€. Longtemps, l’hésitation a été de mise, et finalement, j’ai commis un crime de lèse-Yuja. Le karma n’a pas été bon : impossible de revendre cette place (il paraît que c’était très vide !). Et je n’ai pas vu que le programme du TdV se limitait à 40 minutes sans décor et trois danseurs (je n’ai d’ailleurs pas capté le moment où les deux danseurs masculins se sont échangés, mais il me semble bien que mon manque de concentration peut s’excuser par le fait qu’ils n’étaient jamais que deux simultanément sur scène).

Bref, avec un coût d’opportunité de 31€, ça faisait franchement cher, d’autant que l’original, créé il y a 20 ans avec des décors et plus de monde, était donné à Garnier en début de saison avec d’autres pièces, et que j’aurais pu y aller pour moins cher. Sapristi, je paie assez cher le fait d’être sous l’eau depuis presqu’un an…

C’était bien, hein, mais j’ai été plus que frustré. Même pas compris que c’était la fin définitive après cette pièce… Donc déçu.