Voilà encore du retard à outrance. J’ai envie de dire : vivement les vacances des autres. Et en même temps, dès qu’ils auront disparu, il ne se passera plus rien jusqu’à mi-septembre : plus de client, plus d’espoir de financement, plus de partenaire, plus de pognon, plus rien. Ce pays me fatigue…