Trumpera, trumpera pas, trumpera finalement bien. L’Occident s’effondre peu à peu, c’était écrit. On voit apparaître des Néron et Caligula-like, des crétins mollement psychopathes corrompus engendrés par un système civilisationnel malade, qui promettent du pain et des jeux à la populasse éreintée, ou qui a peur de perdre son confort pour des raisons qui lui échappent. La bonne nouvelle, pour nous Français, serait d’être du côté des barbares : quand il y a une crise, il y a toujours des bonnes affaires à faire, et les USA vont en chier pendant quatre ans — en même temps, ce n’est que quatre ans, et il y a assez d’inertie pour limiter la casse, surtout dans un système fédéral pensé pour être bloqué par essence (ce n’est pas pour rien qu’au bout d’un moment, ça va mal, même en étant les maîtres du monde : on a toujours les revers de ses forces).

Mais la France fait malheureusement aussi partie de cet Occident au bout du rouleau. Qu’on regarde ce qui nous dirige : le miroir est effrayant. L’Asie, en revanche, fait bonne figure. Il est vraiment temps d’apprendre à parler Chinois.