La philharmonie, on a de cesse de le dire, est une déception architecturale de premier plan. C’est ainsi qu’on a à présent quelques agents (type pompiers) qui font la circulation devant les escalators, à cause du tournant de la mort, où les personnes s’entassent mollement et finissent par se chevaucher violemment. Il faut dire aussi que l’intelligence aurait commandé de mettre les deux petits escalators post-tournant en mode ascensionnel, afin d’écluser le petit vieux mou au plus vite. Mais rien d’intelligent ne peut être aperçu Porte de Pantin (ni vraiment ailleurs, quand on y pense…).

Première mission : se repositionner de face. Cette fois, et pour une représentation ex-cep-tion-nel-le, avec la souris. L’ami berlinois a eu peine à masquer sa surprise — nous croyait-il donc divorcés ? C’est que le programme, voyez-vous, attirait tous les désespérés du classicisme, et en ce samedi soir, la salle était étonnamment remplie, surtout au parterre (où quiconque a déjà testé l’acoustique auparavant sait qu’il valait mieux acheter).

Ligeti, Kurtag, Bartok. Avec les accents : György Ligeti, György Kurtág, Béla Bartók. Full hongrois par les as. Jusqu’au clap de fin, Ligeti nous promène à San Francisco (Polyphony) et son vallonnement. On voit du paysage. Kurtag opte dans Stele (ΣΤΉΛΗ) pour les vagues sonores qui nous emportent, toujours avec le gros orchestre d’un ensemble intercontemporain boosté aux petits jeunots du conservatoire — dirigé par Matthias Pintscher, qui malheureusement a placé les contrebasse côté cour et fusionné les premiers et seconds violons, mauvaise habitude qui avaient tendance à disparaître ces derniers temps. Et puis le Chateau de Barbe bleue…

Tiens, une console d’orgue ! Il y a un orgue ? Les machins sur haut parleur, ça ne laissait pas beaucoup de souvenir. Mais là, Michelle de Young, John Relyea (quelle grosse voix !), l’orchestre vrombrissant et l’orgue de la Philharmonie qui souffle — ou l’inverse, ou les deux —, on a les cheveux en arrière et les oreilles débouchées pour longtemps. On n’entend pas cela tous les jours — faut dire que sinon, bonjour les acouphènes, peut-être. Ouch. Une sacrée expérience…