To be honest, je me demande combien de spectateurs sont venus à cause du tapage aux Oscars, où l’on adooooooore, en bons nombrilistes, tout ce qui tourne autour d’Holywood. Parce que des comédies musicales où ça chante à moitié, comme au bon vieux temps de Fred Astaire (et encore, ça chantait plus !), ça faisait longtemps qu’on n’en voyait plus, et je n’aurais pas naturellement parié qu’il y avait encore un public autre que d’aficionados pour cela, même à Paris. Entre des films qui ne passent que sur TCM Cinéma à pas d’heure, et quatre salles simultanées dont les deux plus grosses au MK2, je me demande combien de temps La La Land va tenir à l’affiche à ce rythme.

Mais voilà, Emma Stone ne se boude pas. Emma Stone, même, se vénère. Emma Stone rend stone. Et Ryan Gosling a décidément la classe. Le jeune Damien Chazelle (dont j’avais raté Whiplash, qui avait une excellente critique) a un fluide de caméra absolument bluffant, dès la première séquence. Je me souviens avoir écrit à mes sous-traitants indiens de vidéo que la différence entre une bonne vidéo et une excellente vidéo, c’est la maîtrise de la transition entre les plans. Hé bien là, c’est parfaitement parfait. Le scénario est aussi bien construit et évite autant le pathos que la tarte à la crème romantique. Et puis plusieurs jours plus tard, on a encore la rémanence des chansons dans la tête. Tout y est, et pourtant, il y a un petit quelque chose qui nous dit que, si on aura plaisir à le revoir de temps à autre, on ne tient pas un chef d’oeuvre qui fera date. Mais on ne peut être qu’heureux que cela tombe au bon moment au bon endroit, quand il ne se passait plus grand chose.