Il est manifestement de coutume de donner trois pièces pour piano de Schubert avant d’attaquer le plus court et composite Schwanengesang.

Cette fois, on a gagné au change avec le très remarquable Leif Ove Andsnes, dont la qualité de jeu a été extraordinaire toute la semaine. Au programme, la D. 946. Et puis la fin de cette semaine exceptionnelle de triplet Matthias Goerne/Schubert, qui de nouveau était peu courue, en tout cas a permis de se replacer facilement. Pourtant, dans mes mémoires, je ne vois sinon qu’en 2010 une interprétation par Dietrich Henschel. Bref, c’est pas tous les jours !

Et là, je retrouve le morceau qui me court dans la tête depuis des jours, la fin où l’on frissonne de partout, toute la qualité de l’alliance de deux superbes interprètes, Matthias Goerne, ahurissant, et Leif Ove Andsnes, magnifique pianiste. Ça aurait valu de leur déclarer notre amour en face, mais pour la première fois, pas de séance dédicace : on a trop repoussé en croyant avoir le temps. Le drame de nos vies.