Mais où donc est passée Lola ? J’ai l’impression de ne plus l’avoir vu depuis des mois. Elle me manque terriblement. Certains ont émis une hypothèse affreuse, concernant une MST qui entraîne une inflation non-contrôlée abdominale. Je n’espère pas. Bref, orchestre de Paris sans Lola, encore. Alors qu’il y avait en plus une version en suite (remix revu par le critique Mackerras) de La Petite Renarde rusée de notre bienaimée Leoš Janácek — mais j’ai eu du mal à la reconnaître, à vrai dire. Orchestre de Paris en forme.

Et puis juste ensuite, de quoi expliquer que toute la Corée parisienne était dans la salle, exultant en mode introverti : un petit génie tout petit, 23 ans, avec un très, très beau doigté, nous a régalé d’un Concerto pour piano n°1 de Chopin. Seong-Jin Cho. On va essayer de retenir. En bis, il nous a fait un Debussy, ou un truc du genre — j’aurais dû mieux noter, le CM de la Philharmonie n’a pas bien mis à jour le site web cette fois.

Il ne restait plus qu’au chef Tomas Netopil de nous faire après l’entracte (où j’ai pu rester en plein centre de parterre, le couloir pour mettre les jambes : meilleur plan) un Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss du tonnerre. Parce qu’enfin on a un orgue, un vrai. Bah c’est frissonomètre garanti de A à Z (je dois faire la remarque à chaque fois, mais il y a bien un morceau de rosenkavalier et/ou de Don Quichotte, bref des auto-citations dans tous les sens, dedans, non ?).

Que d’orgue, que d’orgue !