Retour de Gergiev, cette fois avec le Münchner Philharmoniker. Au programme, prélude à l’après-midi d’un faune, qu’il avait déjà fait en bis la fois dernière. Il a le sens du marketing, le bougre ! Joué encore une fois en version ralentie, avec toutes les couleurs. Au fond de parterre — beaucoup de monde, on entend des choses étranges venues de derrière à gauche, mais il s’avère que c’est le chef qui marmonne un peu fort, et qu’il n’est pas aidé par l’acoustique de la salle…

Ce sera pire ensuite, avec le concerto pour piano n°3 de Rachmaninov, et le jeune Daniil Trifonov derrière un clavier à la fluidité et la musicalité qui n’avaient d’équivalent que les cheveux de notre jeune héros (surtout pour la fluidité…). Avec sa forte respiration qui ressemblait à un râle, il a failli nous gâcher le plaisir immense qu’il nous procurait, mais finalement, il a rapidement arrêté. Il y a un moment où de toute façon, il était tellement déchaîné qu’il n’avait plus le temps de rien faire d’autre. Nottung, qui avait déjà vu ses doigts glisser sur les claviers du TCE où il est récemment passé en récital, a repéré un certain stress : ceci explique sûrement cela. C’est qu’il est jeune, même si le blind test le donnerait deux fois plus âgé. En regardant dans mes archives, je vois que j’avais apprécié sans plus en 2012 (et noté qu’à l’époque personne ne le connaissait), renoté vite fait en 2012 et 2013, et manifestement raté en 2015. À présent, il remplit les salles et se paie même une standing ovation. En bis, deuxième mouvement de la première sonate pour piano de Rachmaninov — merci @Philharmonie.

Au retour de l’entracte, il faut quitter Haydn (de dansomanie, oui) comme voisin du dernier rang parterre pour rejoindre une autre place plus devant mais de côté (et à deux) : une Titan titanesque comme Gerviev sait les faire, avec fort effets de huit contrebasses à gauche, et sept cors à droite qui se lèvent à la fin. Mais l’acoustique de la salle dessert les vibrations corporelles qu’on aurait pu espérer.