Le salon systèmes embarqués, anciennement RTS quand on faisait du temps réel, est THE évènement incontournable annuel de la profession. Cette année, il était fusionné avec M2M, et Display a totalement disparu. Avant, c’étaient des stands séparés, mais le même badge pouvait servir ; à présent, la même chose est faite avec le salon IoT world, qui mesure trois rangées de quatre stands dans sa version française pas très worldwide. Et comme ce salon était plutôt du cloud l’an passé, il a été fusionné avec le salon Data Centers. Au total, on a donc quatre salons de métiers très divers, et l’on peut remonter la chaîne des ondes à l’onduleur pour baie. Ce qui fait un équivalent, tout ajouté, d’un quart de hall de Nuremberg — Embedded World. Sachant qu’il y a sept halls, à Nuremberg. On en déduit donc que la France est à un ratio de « 30 fois plus insignifiant que l’Allemagne ». Et ça dure deux (petits) jours, et non trois (grands).

Sur mes quatre tables rondes, j’ai compté une cinquantaine de personnes dont une partie qui revenait régulièrement. L’ambiance était chaude bouillante, il y a un moment où la pression sanguine moyenne a dû dépasser 9,2. Il y avait un peu de monde dans les allées, qui heureusement faisait un petit mètre de largeur pour donner désespérément cette impression.

La France est un pays mort. Y’a plus de business, y’a plus d’envie, y’a plus de jus. Il y a de l’existent, et on va vivre dessus en faisant le strict minimum. Ça se casse la gueule et on espère juste que ce soit assez lent pour qu’un miracle advienne, ou pour que la génération suivante fasse le job, on ne sait trop comment. La génération suivante, je lui dis de se casser, et les quelques pioupious qui sont venus, ahuris de constater que j’avais raison (les pauvres, on les a tellement lobotomisés… Heureusement ils ont fait six mois d’échange à l’étranger, et découvert que même en Lettonie on a le WiFi dans le bus…), commencent à calculer leurs plans de repli dans des contrées civilisées où ça bosse.

Mon petit coeur est fendu en deux. Je m’y attendais.