L’orgue de la Philharmonie n’est finalement pas des masses sollicité, mais à chaque fois qu’il l’est, je suis au rendez-vous. Cette fois, c’était Michel Bouvard pour du Bach : Orgelmesse, ou plus exactement Clavier-Übung III. Mais salle beaucoup plus vide que la dernière fois (qui était certes fort pleine). Toujours second balcon, face aux tubes. Un très joli moment d’une heure vingt (me semble-t-il), sans sucre ajouté, en passant parfois rapidement quelques pages de la partition (suspect… Avons-eu nous droit à des extraits ? Ce n’était pas dit dans la préface orale un peu trop intellectuelle, peut-être l’était-ce dans la conférence d’avant ? Peut-être que la réponse se trouve dans « l’encadrement par le Prélude et Triple fugue en mi bémol sur la Trinité ».). Cet orgue est décidément la plus belle réussite de la salle.