Il paraît que je suis assertif, à peine un peu moins agressif et encore un tout petit peu moins manipulatoire — mais guère passif, en revanche. Bon, pour la peine, ça ne m’a pas avancé forcément à grand chose, le MBTI était plus éclairant. Alors entre deux élections pour le changement messianique en marche, dans un pays en panne, la vie entrepreneuriale à haute dose continue, avec un ROI toujours aussi incertainement lointain. Ce qui est certain, en revanche, c’est que ce n’est pas avec de bons sentiments que ça tourne — mais ma prof d’épanouissement dans l’amour du prochain (toujours s’en méfier…) ne serait apparemment pas trop d’accord.