Il faudrait écrire sur la dernière polémique, qui se joue comme une farce à répétition, concernant la répartition hommes/femmes dans l’informatique, qui semble plus poser problème que chez les infirmiers, les éditeurs, les pompiers, les militaires, le corps enseignant, ou toute la myriade d'autres métiers déséquilibrés. Et puis ne pourrait-on parler de l’ostracisation des introvertis dans tout un tas de professions — commercial, manager, startuper qui passe à la télé ? Et surtout, du vrai, du seul, de l’unique véritable sujet, la reproduction sociale, extrêmement forte, où même l’éducation ne suffit plus, grâce au ciseau du prix de la vie (plus particulièrement de l’immobilier, un gouffre nécessaire !) et des salaires nivelés à coup de taxes énormes sur le travail (mais jamais sur l’héritage) ? Mais non, allons joyeusement disserter sur le sexe des anges nerds. Au moins, quand on était perçus comme une bande de boutonneux associaux indignes du titre d’ingénieur, on nous prenait moins le chou.