La personne qui a fait les petits cartons de l’expo Pompidou sur la photographe Walker Evans était bien moins droguée que d’habitude, et s’est donc permis une lubie, cas assez classique, en l’occurrence sur le terme « vernaculaire ». Mis à toutes les sauces et maintes fois expliqué sans qu’on n’y comprenne beaucoup plus, il faudrait y voir, peut-on penser, une description du langage photographique typique de la banalité locale ordinaire de tous les jours typique des États-Unis (cette formulation hautement pléonasmique plaidant effectivement en faveur d’un raccourci), fétichisme de Evans s’exprimant particulièrement dans l’amoncellement, la collection thématique. Ainsi des répétions émaillent l’exposition de clichés, comme des variations : des panneaux, des affiches, des paysages précis, des gens au hasard dans le métro (fort bon !), etc. Mais on connaît surtout Evans pour ses vues urbaines d’immeubles et de rues entrecroisées devenus des classiques de la vision de l’Amérique des années 1920 ou 1930, et encore plus pour son travail pendant la grande crise, pour la Farm Security Association, notamment en Alabama, où il prit ses clichés les plus célèbres, créant quelques bouchons pendant l’exposition. Les photographies présentées sont souvent miniatures, et leur grand nombre rend la progression un peu complexe, mais difficile de faire mieux pour une exposition parisienne, surtout dans les derniers jours. Au final, une expo intéressante et plaisante sur extrait daté des USA particulièrement illustratif. Enfin... vernaculaire (a-t-on déjà traité le fétichisme vernaculaire intello-perché des expos parisiennes, d'ailleurs ?).