« Seven sisters » est la surprise de Tommy Wirkola, un réalisateur qui avait jusqu’à présent pondu des trucs pour le moins un peu étranges et mineurs. Mais le scénario a attiré Glenn Close, Willem Dafoe, et évidemment Noomi Rapace, dupliquée sept fois. Forcément, un scénario qui attire aussi les spectateurs : en 2073, c’est pas terrible, surpopulation, mesures drastiques malthusiennes, et une ambiance très Dark Angel. Et puis il y a sept soeurs planquées, identiques par le physique mais radicalement différentes par la personnalité, qui revêtent la même identité un peu insipide et virtuelle à tour de rôle, chacune son jour, pour échapper à la règle de l’enfant unique. Quand ça va évidemment merder, ça ne sera pas à moitié. Sept vies, c’est presque comme les chats. On se demande si de toutes ces différentes saveurs de Noomi Rapace, il n’en restera plus qu’une…

Efficace, original, stressant et surtout intelligent, c’est dans les films d’anticipation qui n’en font ni trop ni trop peu une fort bonne pioche !