Le Deutsche Requiem de Brahms par Herbert Blomstedt, c’est coton. Un peu cotonneux mais fort bon. Gewandhausorchester Leipzig et Wiener, avec Hannah Morrison en soprano et Michael Nagy comme baryton. Replacement au parterre, mais peut-être un peu trop loin pour profiter des solistes dans cette salle à l’acoustique toujours aléatoire — mais bon, cet orgue, cet orgue… Il y avait des trous un peu partout, dans la salle. Aucun surtitre, c’est pas grave, on connaît par coeur.