George Clooney s'allie aux frères Coen — dont il fait depuis longtemps partie de la bande — pour ce "Suburbicon" qui divise quelque peu la critique, et aussi la mienne. C'est que ça manque clairement de rythme, même si voir Matt Damon en connard fini, au milieu des petits blancs des années 1950 qui se targuent d'une hauteur morale qui craquèle devant le racisme, et alors qu'à leur porte sévit le crime ignoble d'une famille qu'on découvre corrompue jusqu'à la moelle. Bref, c'est une allégorie américaine sur la décrépitude morale, une bonne grosse charge avec de l'absurde mais pas tellement d'humour, plutôt bien mené mais à qui il manque quelque chose pour emporter. En deux-tiers de teinte.