Le dimanche une semaine avant Noël, c'est le Messie annuel ! (Marche aussi à Pâques) Cette année, c'était à la Philharmonie. Malheureusement très de côté. De fait, si l'orchestre du Concert des Nations s'entendait bien grâce aux nouveaux réflecteurs, il n'en était pas de même de toutes les voix. Malgré un rhume aussi envahissant que ma nouvelle soutane-matrix qu'il était de bon ton de tester ce soir-là, une relocalisation s'imposait en duo : de face, au sixième, c'était mieux, mais peut-être aussi parce que le contre-ténor a changé (pour quelqu'un du coeur) — ce dont on ne s'est pas même rendu compte, à vrai dire. Forces en présence : Rachel Redmond, soprano (qui passe bien) ; Hagen Matzeit, contre-ténor (qui passe très mal, mais malade ?) ; Nicholas Mulroy, ténor ; Matthias Winckhler, basse (ok). Et puis Jordi Savall, La Capella Reial de Catalunya, et le fameux percussionniste pour la 2e partie, qui a égalisé sa barbe avec ses cheveux — devenant définitivement Cousin Machin. C'était certainement fort bien, ce Messie de Haendel, mais ni moi ni mon binôme ne sommes réellement rentrés dedans. On a surtout remarqué qu'on était très en retard tout le long, et qu'on a terminé vers 23h40, ce qui est criminel avec les transports parisiens lamentables. De ce côté, aucun miracle...