Joshua Bell était en duo avec Sam Haywood au piano. Il commence par un Mozart jovial, Sonate pour violon et piano en si bémol majeur K 454, que mon binôme philharmonique trop en retard doit suivre sur la téloche du hall, ce qui n’arrange pas son humeur déjà plutôt précaire en temps normal. Post regroupement familial, on continue sur un Strauss romantico-héroïque, Sonate pour violon et piano en mi bémol majeur op.18, apparemment fort rare.

Mais c’est surtout post-entracte que l’on a un Schubert romatico-magnifique qui nous magnifie aussi, qui nous rend bien et Bell, avec une Fantaisie en ut majeur pour violon et piano, op. 159, D. 934. Fabuleux.

Le programme nous annonçait qu’il y aurait une suite, et Joshua fait des annonces explicites. Il ne doit pas beaucoup aimer les surprises… Danse hongroise n.1 d’après Johannes Brahms, revigorant. Puis Schumann (qu’attendait impatiemment Hinata-chan), mais… Clara ! Trois romances pour violon et piano (n.1). Et enfin, un violoniste inconnu au bataillon, Henri Wieniawski, pour une polka punchy, et sans la partition cette fois : « Polonaise brillante ».

Bell et brillant.