Ce programme du dimanche « Bach fest » était dans le week-end « flash Bach ». Je vous jure que je n’y suis pour rien. Bref, c’était de l’orgue, comme l’an passé à la Philharmonie, mais pas le même organiste : Bernard Foccroulle. Le programme était aussi fort différent. On sort de la messe pour aller dans les préludes, fugues, fantaisies, passacailles, choraux, bref, tout ce qui flatte l’ouï d’un son riche (Hinata-chan s’est demandée à un moment s’il n’appuyait pas un peu partout sur toutes les touches pour le plaisir).

Prélude et Fugue en mi mineur, BWV 533
Fantasia sopra « Christ lag in Todesbanden », BWV 718
Cinq chorals extraits de l’Orgelbüchlein, BWV 617, 621, 622, 628, 625
Passacaille et Fugue en ut mineur, BWV 582
Quatre chorals du recueil Schübler, BWV 645, 646, 648, 649
Vor deinen Thron tret’ ich hiermit, BWV 668
Fantaisie et fugue en sol BWV 542

Quel plaisir, mais quel plaisir ! De l’orgue comme j’aime, qui décrasse en profondeur. Enlève les peaux mortes, retour de l’être aimé.