Concert-suprise du dimanche, qui a tout de même coûté 25€ la place. Il faut dire que pour la première venue d’Anouar Brahem pour un concert en France, dans une philharmonie en mode salle de concert (scène reculée à la place de l’arrière-scène et sièges positionnés là où se trouve usuellement la scène), il n’y avait que trois tarifs allant jusqu’à 45€. Pourtant, la salle était bien pleine. Deux catégories : les locaux maghrébins ; et les bobos. On rangera Hinata-chan, qui attira mon attention sur cette date d'après-midi, dans la deuxième. Quelque part, ça réussit là encore la fusion de deux mondes. Car si Anouar Brahem joue divinement bien du oud, avec ses compères Dave Holland (contrebasse), Jack DeJohnette (batterie) et Django Bates (piano), il crée un pont entre jazz et musique arabe des plus intrigant et réjouissant. C’est simplement très beau.