Il y a quatre ans, un Boris Godounov première version de 1869 avait déjà été donnée, à Pleyel. Pourquoi donc raconter partout que c’était une première parisienne, à présent ? Probablement parce qu’à l’opéra de Paris, et plus particulièrement à Bastille, cela n’avait jamais été donné. C’est donc le Modeste Moussorgski version originale en 2h10 que Vladimir Jurowski  a eu à diriger, même s’il aurait encore plus préféré un best of, révéla-t-il dans une grande interview respirant l’intelligence de bout en bout.

Il y avait une sacrée distribution, même si parfois, maladie bastillenne, surtout à la première apparition d’un chanteur, certains ont pu être écrasés.

Boris Godounov           Ildar Abdrazakov
Fiodor                           Evdokia Malevskaya
Xenia                            Ruzan Mantashyan
La nourrice                   Alexandra Durseneva
Le prince Chouiski        Maxim Paster
Andrei Chtchelkalov      Boris Pinkhasovich
Pimène                          Ain Anger
Grigori Otrepiev            Dmitry Golovnin
Varlaam                        Evgeny Nikitin
Missaïl                          Peter Bronder
L'aubergiste                  Elena Manistina
L'innocent                     Vasily Efimov
Mitioukha                      Mikhail Timoshenko
Un officier de police      Maxim Mikhailov
Un boyard, voix dans la foule   Luca Sannai

Le point faible était très clairement la mise en scène de Ivo van Hove, comme démoulée trop tôt, usant de trois bouts de ficelle et d’un escalier pour économiser et investir dans de la vidéo qui n’était pas en temps-réel, réussissant mieux les effets de foule, à court d’idée sur les costumes (alors que la scène du couronnement est à l’inverse très belle, et très costumée). C’est vraiment dommage de se rater à ce point. Un peu comme la commercialisation : assez facile de se replacer avec une place à 5€, un bon quart de la salle étant inoccupée. Paris, c’est l’art de faire les choses à moitié. Au moins, c’était une très bonne moitié — et la principale, au demeurant.