Initialement, la bande annonce du film de Haifaa Al Mansour faisait peur. Du genre : tract féministe assumé. Et puis la critique n’était guère clémente. Mais un passionnant papier d’une experte était bien plus clément avec l’oeuvre : certes le trait féministe-emporté de Mary Shelley a été assez forcé, ou du moins « modernisé » ; mais mis à part quelques personnages au destin trop dramatique passés sous silence (et puis, il y en aurait eu pour trois heures : on est bien obligé de simplifier), tout y est dans le bon ordre.

Quand on a Elle Fanning, on ne boude pas. Surtout qu’elle enchaîne les films qui lui font plaisir et tiennent peu l’affiche (totalement raté l’avant-dernier, qui a été fort éphémère !). On a Douglas Booth, Tom Sturridge et Bel Powley comme respectivement Percy Shelley, Lord Byron et Claire Clairmont. Les jeunes gens sont grunges et paumés, ils font un peu nawak. Mais ils ne sont pas sots : et c’est ainsi que Mary fit une autobiographie métaphorique et inventa la science fiction — à base de roman gothique pour jeune fille. Le génie, à quoi ça tient.

Le film n’est peut-être pas si exaltant que son propos aurait voulu le faire entendre, mais il fait bien le travail et se regarde avec plaisir. Après tout, c’est l’essentiel.