Passage à Marseille pour Nowel et pouponnette — aka ma petite nièce. Ça dort, ça pleure, ça bave, ça mange, ça gazouille, ça recrache des trucs par tous les trous ; et on l’habille avec tous les trucs funs qui nous passe sous la main (ça c’est quand même la meilleure partie, faut-il avouer). Et je me souviens de ce que me disais Milkshake à propos de sa progéniture, qui à l’époque ne devait être guère plus âgée ni bavarde (avant de devenir aka « fétisse », de sa choupi-prononciation de « fétiche » au musée du quai Branly peu d’années plus tard) : « j’ai hâte de savoir ce que va devenir cette personne » ! (Mais en même temps, un peu d’arithmétique montre que certes je n’aurai pas fini de rembourser mon appart’, mais je commencerai à devenir un peu trop vieux pour ce que cette perspective future ne devienne trop flippante à envisager).