Le terrible mois de mars touche à sa fin. Le mois du pognon, où l’on bosse pour les six mois à venir. Après, ça va mieux, ça redevient humain. Peut-être même que ça permettra d’écrire les billets moins à l’arrache. Parce que bon, après y’a parfois du SAV à faire. Toujours le problème quand on fait 42 choses à la fois…