Encore une fois, le public était placé sur la scène de la Philharmonie. Mais cette fois, c’était pour approcher un peu plus encore Khatia Buniatishvili et sa divine chevelure. La salle était par ailleurs très pleine. Peut facile de trouver un replacement. Finalement, une belle place plein centre, le rang juste devant celui de JoPrincesse (et à côté de Christine Angot qui n’est pas restée pour les bis ?). Idéal. On peut tout voir de Khatia. Sauf les pieds, sous la trop longue robe sur laquelle elle a failli plusieurs fois trébucher.

Mais pourquoi tant de monde ? Seuls les pianistes les plus hypes (Lang Lang et Martha Argerich) rassemblent autant de public. C’est que Khatia, apprends-je, passe souvent à la télé, et même plusieurs fois récemment à Quotidien. D’où un public de n00bs, qui ne sait pas se tenir pendant les 45 minutes de D960 de Schubert. Un choix assez étonnant de Khatia étant donné son néo-public, faut-il dire (mais ce mouvement lent, quelle merveille…). Entracte, puis quelque chose qui sied mieux à la soirée : un Schubert méga-hits by Litsz, avec Ständchen, Gretchen am Spinnrade et Erlkönig.

Pour les deux dernières pièces Khatia fait monter la sauce, grâce à deux Franz Liszt. Elle sort d’abord son spécial jutsu aux vingts doigts, pour exécuter brillamment l’étude d'exécution transcendante n° 4 "Mazeppa", qui nous aura autant transcendé qu’une chevelure magique. Puis la Rhapsodie hongroise n°6, en feu d’artifice. Là encore, les doigts vont trop vite pour le Shannon oculaire. Khatia est une fille très digitale. C’est aussi une fille nouvellement adulée. Certes, comme toujours, elle n’attend pas le silence ou la fin des applaudissements pour commencer à jouer ; et elle se débarrasse sans ménagement, auprès du premier venu, du bouquet qu’on vient de lui remettre.

Elle alterne rapidement deux rappels, entre entre le flamboyant à chevelure, et le romantique-tout-plein : Rhapsodie Hongroise n°2 de Liszt (arrangement by herself), Impromptu op. 90 n°3 de Schubert. Schubert-Liszt-Schubert-Liszt, et une salle debout et en liesse entre chaque pièce supplémentaire. Comme s’ils n’avaient jamais entendu un seul pianiste de leur vie. Certes Khatia nous réserve (souvent) le meilleur (et parfois la pédale, disent quelques peureux), mais à voir tout ce monde n’y connaître pas grand chose et débarque de manière bien opportuniste (NOUS on l’a repérée depuis des années, depuis Pleyel !), je me pose la question : va-t-on gâcher Khatia ?