Dans le WE « Orgues » à la Philharmonie, qui sert chaque année à le décrasser un peu, il n’y a pas que des pièces de moins d’une demi-heure : il y a aussi Olivier Latry qui vient jouer une fois l’an ! Cette fois-ci, replacement au parterre pour cet après-midi dominical « Bach+ ». Pourquoi « + » ? Parce qu’il y a plus de public jusque sur la scène autour de l’orgue ? (Comment a fait Serendipity, pas tout compris… Mais je préfère encore voir l’organiste s’exciter avec tous ses membres sur l’instrument, façon poulpe musical) Ou encore parce que deux bis ? (BWV 565 toccata et fugue, acclamé par le public ; puis Wir danken die, Gott, BWV 29, Sinfonia)

Que nenni. L’idée est de collectionner les B.A.C.H. et autres hommages, entrecoupés de Bach A.O.C. Voyons : Robert Schumann, 1ère fugue sur B.A.C.H (je ne savais même pas que Schumann avait écrit pour l’orgue !). Suivi de Johann Sebastian Bach (original), Choral "Schmücke dich, o liebe Seele ». Et alors deux mix (feat.) : avec Franz Liszt pour la Fantaisie et fugue en sol mineur ; avec Charles-Marie Widor pour Marche du Veilleur de nuit. Avant de revenir vers Prélude et fugue sur B.A.C.H., cette fois de Franz Liszt  et Jean Guillou (en son hommage, car on apprend qu’il vient tout juste de mourir à presque 90 ans).

Il faut dire que les organistes sont de sacrés remixers. La platine de D.J., c’est eux ! Les duos improbables en supermégamix, c’est eux aussi ! Les impros endiablées, c’est toujours eux ! Alors après l’entracte, on continue : Johann Sebastian Bach / Eugène Gigout, Choral de la Pentecôte ; Robert Schumann, de nouveau, pour 4ème et 5ème fugue sur B.A.C.H. Et pour finir, avant les bis, Passacaille et Fugue en ut mineur, BWV 582, du vrai Bach.

Wir danken die, Olivier.

(Ainsi que la souris pour le titre du billet, même si ce n'était point mon accompagnatrice sur ce récital)