Jim Jarmusch bénéficie d’une ressortie dans les salles parisiennes d’une partie de sa filmographie, parfois restaurée, comme c’est le cas de ce « Mystery train », qui amène à Memphis, patrie d’Elvis et autres. D’où la sélection orientée de mon binôme. Comme chez tout bon Jarmusch qui se respecte, et même les paléojarmuschs, il y a des images magnifiques, de la langueur, et comme cela arrive parfois, un découpage systématique du film, ici en trois histoires liées et titrées. D’abord un jeune couple improbable de voyageurs japonais, rock’n’roll de Yokohama (Masatoshi Nagase/Youki Kudoh). Ensuite une belle Italienne (Nicoletta Braschi) manifestement friquée, qui semble en transit avec son mari en bière ; elle loue finalement une chambre voisine du même hôtel que les Japonais. Enfin, trois jeunes locaux éméchés qui dérapent, dont l’ex et le frère (Steve Buscemi, déjà abonné du rôle !) de la room mate opportune de l’Italienne précédente, qui finissent eux aussi dans le même hôtel. Tout converge sur « Blue Moon » d’Elvis, qui passe à la radio au milieu de la nuit.

Du vrai bon Jarmusch d’appellation d’origine contrôlée.