La dernière exposition à la philharmonie est dédiée à Charlie Chaplin, et inaugurée par un cycle de concerts. Chaplin et la musique ? Ça ne paraît pas tout à fait évident, de prime abord, même si le sous-titre est « l’homme orchestre ». Et si un casque est distribué en début d’expo, il n’est en fait pas utilisé avant facilement la moitié du parcours. Ceci étant, assez rapidement, on apprend que Chaplin était violoniste, et pas qu’un peu. Mais jamais assez pour en faire son métier. Ceci étant, la musique garde une place primordiale dans sa vie d’artiste, et il commence par la composition, avant de finir par la direction. Après tout, ironiquement, Chaplin n’a jamais eu qu’un seul Oscar : pour la composition de Limelight !

L’exposition est assez interactive (presqu’à l’anglaise !), et outre les puzzles (Chaplin cubiste) et autre machine à sons (pour faire du doublage comme avant !), il y a des tablettes permettant d’écouter les différentes phases de composition, ou les différentes bandes sons qui se sont succédées pour la danse des petits pains. Pour ce vernissage, il y avait beaucoup de monde qui se pressait, et ça en était même difficile d’accéder aux jacks pour brancher son casque — surtout quand la chose est dans un coin difficilement accessible, ce qui malheureusement souvent le cas dans la scénographie labyrinthique (par exemple, justement, là où se trouve l’excellente machine à bruitage).

On termine le parcours avec tous les remix de Smile (la bande-son de la toute fin des temps modernes). Parfaite introduction pour la suite de la soirée !