Participatif ? Mais non ? Mais si ! Hervé Niquet prend le mic. Devant son Concert Spirituel, il nous explique que le concert de ce soir est participatif. En fait, c’était inscrit sur le programme — comme les dates des trois ateliers de préparation —, mais je n’avais point vu. L’idée, c’est qu’il était frustré quand il était jeune (et moi donc : j’ai trouvé la référence exacte du Messie quand j’avais 18 ans et j’ai dû attendre une commande de trois mois à la Fnac avant de recevoir le CD !). Il ne pouvait point chanter quand il allait faire son pèlerinage annuel en famille. Donc, trois oratorios ont été traduits en français, pour qu’on puisse chanter du Haendel en VF. Le programme a indiqué les passages en question, avec les textes sous partition. Bon, il faut être du cru (anciens petits choristes et culs bénis, grosso modo) ; ça ne fait pas grand monde, d’autant qu’il est difficile d’être juste et pas totalement décalé avec une salle si grande. De surcroît, il ne faut pas se tromper avec les passages qui en réalité étaient réservés aux seuls qui se sont entraînés avant, et ont tous été placés en arrière-scène avec la partition complète. Un peu foutraque, quand même.

Les solistes (Karina Gauvin, soprano ; Sonia Prina, mezzo-soprano ; Rupert Charlesworth, ténor ; Božidar Smiljanic, basse) étaient malheureusement dans l’ensemble un peu trop faibles pour les exigences de la Philharmonie (a priori, certains spectateurs ne devaient pas entendre grand chose. Il valait clairement mieux se replacer de face, même si les opportunités étaient assez réduites — mais un couloir cour derrière la barrière, c’est très bien). En revanche, un allelujah et le tout dernier amen chantés par un ensemble regroupant le petit choeur (agrégé de choristes des choeurs des Grandes Écoles, Sorbonne Université et Oratorio de Paris) augmenté de 250 choristes en civil en arrière-scène, ça reste une expérience awesome qui marque. Je suis souvent injuste avec les chefs de choeur que je ne cite pas, mais pour la peine, on peut supputer que Frédéric Pineau a fait un sacré travail !