humani nil a me alienum puto

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 11 avril 2017

binôme enchantée

Qu’attendre d’une flûte enchantée par Christophe Rousset, ses Talens Lyriques et une troupe d’illustre inconnus soutenus par le choeur de l'Opéra de Dijon ? Pas forcément grand chose : on ne peut donc qu’être ravi quand ça fonctionne. Certes le trombone vintage sonne moins que d’époque pour du Mozart, et les Knaben nous ont fait un peu beaucoup tressaillir. On a eu peur au début pour Jodie Devos en Reine de la Nuit (MILF), mais finalement elle nous a réussi son air-clé. Et la Pamina de Siobhan Stagg, comme le Tamino de Julian Prégardien et le truculent beau gosse Klemens Sander en Papageno, bientôt rejoint par la délurée Camille Poul pour Papagena, fonctionnaient très bien. Les apparitions des trois Dames, Sophie Junker, Emilie Renard et Eva Zaïcik étaient de vraies gourmandises. Le Sarastro de Dashon Burton et le Monostatos de Mark Omvlee parfaitement parfaits. Alors avec tout ça, bien replacés de face dans les premiers rangs (et côté couloir, l’idéal de l’idéal) du parterre de la Philharmonie, de prime abord sceptiques, on n’a pu en ressortir qu’enchantés !

mardi 4 avril 2017

liberté et patates

Andrea Chénier, c’est la révolution à l’opéra pour le XVIème en goguette : 175€, 150€, 110€, 60€, 10€ et enfin 5€ pour rien-voir-rien-entendre. Sans mise en scène. Même à l’opéra de Paris on n’ose pas ça. Et pourtant, salle comble. Bon, au moins, tout le monde connaissait son texte par coeur, à ce prix. Ce qui est appréciable, même si je suspecte que la coprod Bayerische Staatsoper justifiait un investissement au-delà de cette seule représentation. Comme on suspecte que ce n’est ni Omer Meir Wellber à la direction, ni vraiment le Bayerisches Staatsorchester (et pas forcément le Chor der Bayerischen Staatsoper non plus, même si ça commence à faire cher en transport) qui ont mangé le ticket, on se penche plutôt sur les cachets des chanteurs.

Quelle distribution, faut-il avouer !

Jonas Kaufmann - Andrea Chénier

Anja Harteros - Madeleine de Coigny

Luca Salsi - Carlo Gérard

J’nai Bridges - Bersi

Doris Soffel - La Comtesse de Coigny

Elena Zilio - Madelon

Andrea Borghini - Roucher

Nathaniel Webster - Pietro Fléville

Christian Rieger - Fouquier Tinville

Tim Kuypers - Mathieu

Kevin Conners - L’incroyable

Ulrich Reß - L’abbé

Anatoli Sivko - Schmidt / Il Maestro di casa

Kristof Klorek - Dumas

Han, Kaufmann, haaaan Anja Harteros ! Surtout la deuxième, honnêtement. M’enfin, le premier n’est plus malade, c’est déjà ça — c’est un habitué salué du rôle, par ailleurs. La mamma morta par Harteros était sublime, couronné de plusieurs minutes d’applaudissements — et révélant enfin pourquoi mon binôme baroque verse tout à coup dans le vérisme, tu parles d’une soudaine envie de variété dans la programmation !

Que dire de ce mal aimé, ou peut-être simplement oublié au fond d’un tiroir (mis à part un air, grâce à la Callas, et un autre du héros pas si présent sur scène), opéra d’Umberto Giordano de 1896, à propos du poète révolutionnaire qui n’en survivra pas entier ? Hé bien… Sans rien révolutionner, on entend du Puccini et même parfois un zeste de pré-Wagner qui ne fait pas de mal aux oreilles, mais il manque quelque chose pour passer un certain cap. Ça souffre des mêmes problèmes que du Auber ou l’un des autres compositeurs du quartier d’opéra qui ont bien compris et synthétisé la musique de leur temps, mais n’ont pas apporté grand chose — mis à part des noms de rues et quelques bustes bien incongrus. Le livret est très romancée (alors que la vraie de Coigny avait l’air franchement géniale IRL), comme toujours. On y parle révolution, liberté et patates. Ça se passe très bien, au final.

Khatia in blue

La salle du TCE était blindée de chez blindée, comme rarement. Qui l’eut cru ? Serait-ce pour la voluptueuse et envoutante Khatia Buniatishvili ? Ou pour le Rotterdams Philharmonisch Orkest ? Certes Yannick Nézet-Séguin, mais… Ou alors, c’était le programme.

Bernstein, On the waterfront, avec des percussions endiablées au début, puis des couleurs vives, un vrai régal, mais injustement méconnu, non ? Plutôt le Gershwin, Rhapsody in blue, voilà le secret ! Khatia in blue. Khatia rhapsodique. Vue de dos, miamesque. Un bis endiablé (indéterminé).

Et puis Rachmaninoff, Danses symphoniques op. 45, celui qu’on oublie tout le temps, que rapidement on se dit « ah mais ouiiii », puis qu’on laisse filer, et qu’on ré-oublie un peu (mêmes les gongs finaux)… Un plaisir constant de redécouverte, dirons-nous. Et en rappel gourmand, Candide, très bon ! Très belle soirée, malgré les ouvreuses particulièrement poissonnières.

mardi 28 mars 2017

enfers philharmoniques

La Philharmonie nous avait réservé une belle surprise avec la mise en espace d’Appolon (??), qui avec les costumes d’Alain Blanchot et les décors de Christophe Naillet donnait une allure très Astrée et Céladon  de Rohmer. Y’avait du pastore sur scène. Cette Favola in musica de Claudio Monteverdi, ça faisait longtemps qu’on attendait son retour. Les Arts Florissants, direction Paul Agnew (planqué sur le côté en toge ?), très bien. Même déguisés, au moins ça a le mérite de l’originalité — et du kitsch assumé.

Au début, j’ai cru qu’il y aurait beaucoup de places libres, mais en réalité pas tant que ça : le Crédit Agricole était en force. Bref, de face, vers le milieu du parterre, côté couloir, je me suis dit que si l’Orfeo de Cyril Auvity devait passer avec un peu de peine, ça n’était pas forcément la même chose pour les autres bergers très directionnels (Carlo Vistoli, Sean Clayton, Zachary Wilder). Pluton (Antonio Abete) ou Charon (Cyril Costanzo) devaient être meilleurs avec l’acoustique compliquée du lieu (idem pour Miriam Allan en Proserpine et Lea Desandre en Messagère). Je ne parle même pas de l’arrière-scène, qui bénéficie à présent (enfin !) du surtitrage, mais qui avec les rochers sur scène devait autant entendre que voir…

Il n’est donc pas très étonnant que parti chercher mon Eurydice aux enfers du second balcon de côté (accompagné du Charon Agricole dans l’ascenseur), je la trouvai fort marrie. En tout cas pour le moins déçue. De face, c’était mieux, mais je concède que ce n’était pas le meilleur des Orfeo : a minima, il manquait quelque chose de l’ordre de la passion et de la vibration de l’anima. Et puis les cuivres était souvent assez compliqués, dira-t-on.

Ce qu’on retiendra surtout, c’est la superbe Musica/Euridice d’Hannah Morrison, et la superbe Hannah Morrison elle-même. Un brin de fille blonde qui m’a enchantée de bout en bout avec une voix claire et puissante. Et quel regard visuel, en plus… Clairement, pour elle, on est prêt à habiter aux enfers (pas loin de Porte de Pantin, là où les escalators en panne aléatoire sont pratiques pour pousser les vieux sous-réactifs de vie à trépas).

lundi 27 mars 2017

Tchaïko d’Arc

Qui savait que Tchaïkovski avait écrit la musique et le livret d’un opéra sur Jeanne d’Arc, d’après du Friedrich von Schiller, mais bien en russe ? Sur notre sol national, il aura fallu attendre 1976 pour la première ! Et à la Philharmonie, la salle était assez bien remplie sans l’être tout à fait : c’était facile de se replacer en 4A, premier rang (sur invitation d’une ouvreuse stressée au parterre, qui trouvait la salle très pleine — il n’y avait que plusieurs rangées libres en plein milieu, c’est vrai que ça allait être très très compliqué, au moins…).

Là, on apprécie la saturation sonore par l’Orchestre et Chœur du Théâtre Bolchoï de Russie, dirigé par notre adoré Tugan Sokhiev. Mais aussi le volume sonore impressionnant d’Anna Smirnova en Jeanne d'Arc — qui n’a pas la tête de l’emploi, mais un coffre ahurissant. J’ai plusieurs fois vu la souris se boucher un peu les oreilles pour atténuer le son. Le reste de l’équipe était aussi de fort bon niveau : Oleg Dolgov en Roi Charles VII ; Bogdan Volkov en Raymond ; Anna Nechaeva pour Agnes Sorel ; Andrey Gonyukov en Dunois ; et Stanislav Trofimov pour L'Archevêque (quelques autres encore, plus mineurs).

La première partie de 1h35 était assez fascinante, mais j’ai eu plus de mal avec la deuxième de pourtant seulement 1h05. Il faut dire que des retardataires (la chose commençant à 19h00…) avaient récupéré leurs places, nous repoussant en fond de premier balcon, plus de face, mais aussi plus loin, avec un son atténué, quoique mieux positionné pour apprécier l’orgue (parce qu’il y a un orgue, en plus !!). Bref, cumulé avec l’oreille droite bouchée (perte de pression suite à injection de fièvre jaune & hépatite A dans l’après-midi ? Ça a duré jusqu’au dimanche…), c’était plus compliqué.

Il n’empêche que notre flamme a brûlé pour cette russe Jeanne !

mardi 14 mars 2017

Lola p’tite Japonaise

Je soupçonne Paavo Järvi de choisir ses orchestres en fonction de la contre-bassoniste. Mais avant de m’apercevoir que c’était la plus mignonne de l’orchestre du NHK, un peu par défaut certes, j’étais au dernier rang pour cause d’arrivée un peu tardive (il faut dire que ça bouchonnait sévèrement à l’entrée). Peu importe, mais il y a eu la dame grabataire qui est arrivé après les premières mesures Ô combien délicates du concerto pour violon de Sibelius, interprété par la Ô combien délicate Janine Jansen. Mais c’est surtout vers la moitié de l’oeuvre que je me suis dit que les Japonais ne se départissaient décidément pas de leur fétichisme photographique. Sauf que ce que je pensais être une petite japonaise totalement rivée derrière son imposant objectif à trépied, prenant pensais-je trois portraits de chaque interprète — tous Japonais, l’immigration est toujours quelque chose d’inconnu là-bas —, était en fait Anne ma soeur Anne. Paavo voulait se faire tirer le portrait — de dos ?

Pour se consoler de ce très beau Sibelius où la violoniste a un peu surclassé l’orchestre, faut-il avouer, un Bach-bis règlementaire. Et la robe incandescente de Janine disparut avec elle — et le téléobjectif de Anne aussi. Apercevant Serendipity et Andante con anima au loin, une belle brochette de place idéalement positionnée pour observer des violonistes s’est avérée désertée : occasion idéale de replacement, d’autant qu’un couloir permet d’être moins stressé par la toux naissante. Et d’aussi près, cela donne l’occasion de mieux apprécier un orchestre talentueux avec la 15ème symphonie de Chostakovitch. En tout cas, on serait bien aise chez nous de jouer aussi bien de la musique japonaise ! Le chef peut s’en donner à coeur joie sur les « pom pom pom » — sa spécialité. Aux applaudissements, il tente de faire comprendre par le mime à l’orchestre de se retourner pour saluer l’arrière-scène, mais ça marche moyennement. Finalement, ça donne l’occasion d’un moment de complicité. Tout comme à la fin du rappel, une très belle valse triste de Sibelius. Le public retient religieusement son souffle, pour une fois : le chef nous fait signe qu’on peut respirer.

La souris pensait Paavo Jarvi descendu du toon, mais serait-il en réalité un manga ?

mardi 28 février 2017

concert des disparus

Encore une fois, pas de Lola. Qui a vu Lola ? Je crois que l’ami berlinois suspectait la remplaçante au basson d’être de l’orchestre de chambre de Paris (ses cheveux me disent bien quelque chose…). OÙ EST LOLA ?? Je lance un avis de recherche. Si vous avez des informations, laissez-les moi en commentaires. Sinon, ce sujet grave devrait être au minimum au sujet de la présidentielle qui se profile. Il faut retrouver Lola.

Où est le chef ? Jaap van Zweden a disparu — « raisons personnelles », il ne convole pas avec Lola, quand même ? Suspect. Remplacement par Andris Poga. Heureusement, il restait Truls Mork. J’ai quand même pris un billet de train à l’arrache après mon cours pour revenir à temps — 35 minutes pour faire un Montparnasse-Philhar, défi relevé. Concerto pour violoncelle de Dvorak, forcément ça valait la peine. Un bis mélancolique, la sarabande de la suite pour violoncelle n.2 de Bach.

La salle était bien pleine, et l’étude de marché des places disponibles, en arrivant à 20h34, a été vite réglée : les voisins ne paraissaient pas trop suspects ; mais finalement, les deux avaient des anches aux sinus, surtout le voisin de droite, pourtant plutôt jeune. Déménagement post-entracte, j’attrape l’ami berlinois au vol, « coincé entre deux thons, mais que fait cet architecte ?? Ça gâche le plaisir du concert » — pas faux —, et on se trouve juste après la rambarde sur l’allée centrale deux places. On a plus de place pour les pieds, donc on y voit moins bien. Grosse 5ème de Prokofiev, inventive à souhait, orchestre motivé. Mais la salle ne répond pas ; ça ne vibre pas ; comme souvent, on ressort un peu frustré.

Gergiev-Trifonov-München

Retour de Gergiev, cette fois avec le Münchner Philharmoniker. Au programme, prélude à l’après-midi d’un faune, qu’il avait déjà fait en bis la fois dernière. Il a le sens du marketing, le bougre ! Joué encore une fois en version ralentie, avec toutes les couleurs. Au fond de parterre — beaucoup de monde, on entend des choses étranges venues de derrière à gauche, mais il s’avère que c’est le chef qui marmonne un peu fort, et qu’il n’est pas aidé par l’acoustique de la salle…

Ce sera pire ensuite, avec le concerto pour piano n°3 de Rachmaninov, et le jeune Daniil Trifonov derrière un clavier à la fluidité et la musicalité qui n’avaient d’équivalent que les cheveux de notre jeune héros (surtout pour la fluidité…). Avec sa forte respiration qui ressemblait à un râle, il a failli nous gâcher le plaisir immense qu’il nous procurait, mais finalement, il a rapidement arrêté. Il y a un moment où de toute façon, il était tellement déchaîné qu’il n’avait plus le temps de rien faire d’autre. Nottung, qui avait déjà vu ses doigts glisser sur les claviers du TCE où il est récemment passé en récital, a repéré un certain stress : ceci explique sûrement cela. C’est qu’il est jeune, même si le blind test le donnerait deux fois plus âgé. En regardant dans mes archives, je vois que j’avais apprécié sans plus en 2012 (et noté qu’à l’époque personne ne le connaissait), renoté vite fait en 2012 et 2013, et manifestement raté en 2015. À présent, il remplit les salles et se paie même une standing ovation. En bis, deuxième mouvement de la première sonate pour piano de Rachmaninov — merci @Philharmonie.

Au retour de l’entracte, il faut quitter Haydn (de dansomanie, oui) comme voisin du dernier rang parterre pour rejoindre une autre place plus devant mais de côté (et à deux) : une Titan titanesque comme Gerviev sait les faire, avec fort effets de huit contrebasses à gauche, et sept cors à droite qui se lèvent à la fin. Mais l’acoustique de la salle dessert les vibrations corporelles qu’on aurait pu espérer.

dimanche 19 février 2017

petit coréen rusé

Mais où donc est passée Lola ? J’ai l’impression de ne plus l’avoir vu depuis des mois. Elle me manque terriblement. Certains ont émis une hypothèse affreuse, concernant une MST qui entraîne une inflation non-contrôlée abdominale. Je n’espère pas. Bref, orchestre de Paris sans Lola, encore. Alors qu’il y avait en plus une version en suite (remix revu par le critique Mackerras) de La Petite Renarde rusée de notre bienaimée Leoš Janácek — mais j’ai eu du mal à la reconnaître, à vrai dire. Orchestre de Paris en forme.

Et puis juste ensuite, de quoi expliquer que toute la Corée parisienne était dans la salle, exultant en mode introverti : un petit génie tout petit, 23 ans, avec un très, très beau doigté, nous a régalé d’un Concerto pour piano n°1 de Chopin. Seong-Jin Cho. On va essayer de retenir. En bis, il nous a fait un Debussy, ou un truc du genre — j’aurais dû mieux noter, le CM de la Philharmonie n’a pas bien mis à jour le site web cette fois.

Il ne restait plus qu’au chef Tomas Netopil de nous faire après l’entracte (où j’ai pu rester en plein centre de parterre, le couloir pour mettre les jambes : meilleur plan) un Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss du tonnerre. Parce qu’enfin on a un orgue, un vrai. Bah c’est frissonomètre garanti de A à Z (je dois faire la remarque à chaque fois, mais il y a bien un morceau de rosenkavalier et/ou de Don Quichotte, bref des auto-citations dans tous les sens, dedans, non ?).

Que d’orgue, que d’orgue !

mardi 7 février 2017

Barbe-Bleue à l’orgue

La philharmonie, on a de cesse de le dire, est une déception architecturale de premier plan. C’est ainsi qu’on a à présent quelques agents (type pompiers) qui font la circulation devant les escalators, à cause du tournant de la mort, où les personnes s’entassent mollement et finissent par se chevaucher violemment. Il faut dire aussi que l’intelligence aurait commandé de mettre les deux petits escalators post-tournant en mode ascensionnel, afin d’écluser le petit vieux mou au plus vite. Mais rien d’intelligent ne peut être aperçu Porte de Pantin (ni vraiment ailleurs, quand on y pense…).

Première mission : se repositionner de face. Cette fois, et pour une représentation ex-cep-tion-nel-le, avec la souris. L’ami berlinois a eu peine à masquer sa surprise — nous croyait-il donc divorcés ? C’est que le programme, voyez-vous, attirait tous les désespérés du classicisme, et en ce samedi soir, la salle était étonnamment remplie, surtout au parterre (où quiconque a déjà testé l’acoustique auparavant sait qu’il valait mieux acheter).

Ligeti, Kurtag, Bartok. Avec les accents : György Ligeti, György Kurtág, Béla Bartók. Full hongrois par les as. Jusqu’au clap de fin, Ligeti nous promène à San Francisco (Polyphony) et son vallonnement. On voit du paysage. Kurtag opte dans Stele (ΣΤΉΛΗ) pour les vagues sonores qui nous emportent, toujours avec le gros orchestre d’un ensemble intercontemporain boosté aux petits jeunots du conservatoire — dirigé par Matthias Pintscher, qui malheureusement a placé les contrebasse côté cour et fusionné les premiers et seconds violons, mauvaise habitude qui avaient tendance à disparaître ces derniers temps. Et puis le Chateau de Barbe bleue…

Tiens, une console d’orgue ! Il y a un orgue ? Les machins sur haut parleur, ça ne laissait pas beaucoup de souvenir. Mais là, Michelle de Young, John Relyea (quelle grosse voix !), l’orchestre vrombrissant et l’orgue de la Philharmonie qui souffle — ou l’inverse, ou les deux —, on a les cheveux en arrière et les oreilles débouchées pour longtemps. On n’entend pas cela tous les jours — faut dire que sinon, bonjour les acouphènes, peut-être. Ouch. Une sacrée expérience…

- page 2 de 80 -