Oui, un retour au Sous Bock, le repère historique des geeks, là où sont nés le first jeudi et les Paris-Carnet, avant même que je ne m'y rende moi-même, avant même que les deux événements déménagent au Hall's Beer quelques années (avant de se séparer définitivement). Il y avait quelque monde, dans cette arrière-salle sans fenêtre, à l'aération quelque peu contestable (qu'est-ce que ça devait être lorsqu'il n'était pas interdit de fumer !), mais il est vrai que là encore, des vieux de la vieille ont disparu (surtout des apriliens, d'ailleurs). Pour compenser, j'ai ramené six barbus du boulot, qui ne savaient pas que les first jeudi existaient : oui mesdames et messieurs, il y a des gens qui bossent dans le libre depuis des années et qui ne savent même pas que l'Univers est peuplé de barbus comme eux, qui s'activent à rendre visible les communautés du libre et leurs fabuleux travaux.

Il y a de très bons amis, et comme je suis séparé avec mes collègues le temps de dîner, je m'en vais discuter avec eux ensuite. Avec Thierry, on parle du monde du logiciel libre et de ses mégalos qui se tapent ridiculement dessus avec leurs chiffres d'affaire de 10 millions par an, pendant que RedHat en aligne près de 750... À ce propos, il a compilé un best of de ses billets de l'été, et notamment son appel pour une fête du 10/10/10 prochain, car voyez-vous, chers lecteurs qui n'êtes pas forcément geeks, 101010 ça donne 42 en binaire. Eh oui... On termine la soirée en compagnie de la plus charmante des libristes (et mélomane), tandis qu'au fond, un petit noyau s'est formé (l'un d'eux avait l'habitude de partir plus tôt, mais depuis que sa "girlfriend dumped [him] for [his] best friend" -- dixit son statut sur gtalk --, il est redevenu bien des nôtres). Nous partons peu de temps avant mes collègues de bureau, sur lesquels la bière devait commencer à faire son effet (débat religieux puéril entre athée...).


(mon dieu, Olivier Fraysse a pris un look de Paul Rouget -- longue queue de cheval incluse ! --, je vous jure j'ai pas fait exprès de les confondre !)